5 questions pour le Barça de Setien

7
3209

Dimanche à 21h, le Barça reçoit Grenade. Ce qui devait être un match moyen de Liga sous Valverde s’est transformé en rencontre la plus hypée de la saison, puisque Quique Setien dirigera sa première au Camp Nou. La bave aux lèvres et en se frottant les mains, c’est l’occasion de se poser quelques questions sur ce que l’arrivée du Cantabre peut changer pour le Barça.

Voilà, c’est fini. Au plus grand soulagement de nombreux suiveurs culés, le Barça a mis fin au mandat d’Ernesto Valverde. Une nécessité sportive mais un énorme raté dans la forme, transformant la semaine en Telenovela de bas étage, assez éloignée de la classe et la dignité qu’un tel club est censé dégager. Le Txingurri laisse certes à son successeur une équipe co-leader et qualifiée en Champions League. Mais son héritage est aussi un niveau de jeu en régression depuis 18 mois, une intensité perdue, et un sentiment de crainte chez l’adversaire envolé. Le Barça de Valverde semblait aller droit dans le mur (mais en marchant, hein…), et un changement s’imposait. Avant de savoir si celui-ci sera gagnant, intéressons-nous aux secteurs de jeu qui pourraient s’en trouver modifiés.

Setien peut-il remettre en place un vrai pressing ?

En sérieux manque d’intensité depuis deux saisons, le Barça va trouver en Quique Setien un adepte du pressing. Ce qui ne peut qu’être une bonne nouvelle, surtout dans le football de 2020. La saison dernière, son Bétis faisait partie du Top 5 des équipes avec les meilleures statistiques en Europe dans ce secteur.

En 2018-19, le Bétis de Setien affichait le 5ème PPDA (statistique de pressing dans le camp adverse) parmi les 5 grands Championnats. Il était seulement devancé par Eibar, le Torino, le PSG et l’Athletic.

Source : Understat.com

Pourra-t’il faire aussi bien avec le Barça et son ossature d’équipe vieillissante ? L’âge n’est pas forcément un facteur limitant, puisque Joaquin jouait régulièrement à Séville avec ses 37 ans. Mais la tendance des Barcelonais à courir moins que leurs adversaires constitue un sérieux obstacle. Valverde n’a jamais réussi à installer un pressing digne de ce nom. Le manque d’activité défensive de sa paire d’attaque, Messi-Suarez, ne l’a évidemment pas aidé dans ce sens. L’Uruguayen, absent pour plusieurs mois, pourra être remplacé numériquement par un attaquant à plus gros volume. Mais peut-on réellement exceller dans la phase de pressing avec Lionel Messi en premier rideau ? C’est tout le challenge qui attend Setien. S’il y parvient, il sera d’autant plus aisé (et efficace) d’installer son onze dans le camp adverse, de contrôler la possession, et de mettre certains cadres (Busquets, Piqué) dans leur zone de rendement maximal.

Griezmann en 9 ?

La blessure longue durée de Luis Suarez va forcément redistribuer les cartes en attaque. A première vue, Antoine Griezmann semble le candidat désigné pour occuper le poste d’avant-centre. Sous-utilisé dans son rôle d’ailier gauche, le Français a tout à gagner à retrouver une position plus axiale. Son équipe aussi. En début de saison, Grizzi avait tenu ce rôle sur une poignée de matches, pour des résultats contrastés. Il fut tour à tour brillant au Camp Nou, pour deux manitas, dans une équipe joueuse, puis invisible à l’extérieur dans des rencontres d’une grande pauvreté collective. L’arrivée de Setien semble promettre de retrouver des Catalans beaucoup plus protagonistes dans le jeu, ce qui servirait grandement la cause d’un Griezmann avant-centre.

Si l’impact défensif du Champion du Monde en premier rideau n’est un mystère pour personne, certains doutent de son sens du but, comparé à celui de Luis Suarez. Les statistiques avancées sur les cinq dernières années tendent à prouver le contraire.

Sur les 5 dernières saisons en Liga, Griezmann a toujours eu un meilleur taux de conversion que Suarez par rapport à ses Expected Goals (sauf en 2016-17). l’Uruguayen était en négatif sur les deux derniers exercices.

C’est encore le cas sur la saison en cours. Grizou affiche un ratio positif de + 2,64 (7 buts pour 4,36 xG) contre + 1,78 pour Luisito (11 buts pour 9,22 xG)

Source Understat.com

Surtout, avec un positionnement axial, Griezmann se trouvera plus souvent dans la zone de vérité, et aura potentiellement plus d’opportunités de se créer des occasions. La moins-value à la finition reste donc à prouver. La plus value dans le jeu paraît elle indéniable. La qualité en une touche du Français promet la continuité et l’amélioration des actions, là où le déchet de Suarez y mettait souvent un terme (même si c’était mieux ces dernières semaines).

Griezmann parviendra-t’il à exister dans la densité de défenses regroupées, lui qui a toujours joué en retrait d’un véritable 9 pivot (Giroud, Diego Costa) ? Sa fonction naturelle de meneur de jeu l’attirera forcément à décrocher, et il devra se forcer à aller mettre de la présence dans la surface. Ou à alterner avec Messi dans ce rôle. Dans tous les cas, sa proximité et sa complicité avec le Ballon d’Or seront la clé pour que le système fonctionne.

Un retour à une production offensive conséquente ?

Sur la phase aller de Liga, la réputation du Barça en tant qu’équipe très offenvise a pris un sacré coup. L’an I et l’An II de Valverde n’étaient pas follichons dans le jeu, mais les Blaugrana parvenaient à maintenir un rendement offensif digne des cadors Européens. Ce n’est plus la cas cette année. Toutes les statistiques offensives sont en recul. À l’arrivée, on constate qu’assez régulièrement, dans les chiffres comme dans l’impression visuelle, le Barça ne dominait pas clairement ses adversaires.

Cette saison, le Barça en Liga est moins prolifique que l’an passé (1,78 xG/90 contre 2,18 et 12,2 tirs/match contre 14,8).

Sur la phase aller, le FCB a connu 10 matches avec un total de tirs ≤ 10 (dont 6 fois où l’adversaire a plus frappé au but).

Source : Understat.com

Si Quique tient ses promesses, on est en droit d’attendre une équipe qui cherche constamment à attaquer, et qui ne se complaît pas à un certain attentisme en bloc médian voire bas. Historiquement, et vu la composition de son effectif, le Barça est plus efficace offensivement qu’en défense. Il a donc tout intérêt à confisquer le ballon, et avoir la volonté de dominer largement au nombre de tirs et d’occasions. Ça paraît une lapalissade, mais ce n’était plus vraiment le cas ces derniers temps.

Le jeu sera-t’il moins dépendant de Messi ?

L’inconvénient d’avoir dans ses rangs le meilleur joueur du monde, c’est que ça incite à la paresse. Pas la peine d’en faire trop, il va s’occuper de tout. Porté à bout de bras par Messi, le Barça n’a pas progressé collectivement depuis trois saisons. Certaines des performances d’équipe les plus abouties ont d’ailleurs eu lieu en l’absence de la Pulga. Comme si chacun en faisait un peu plus, prenait ses responsabilités et dépassait sa fonction, parce qu’aucune extraterrestre ne viendra les sauver.

Un des défis de Setien sera de créer un collectif qui serait capable de gagner sans Messi, et qui deviendrait encore plus fort avec. L’Argentin aime revenir organiser le jeu au milieu, on le sait. Mais il gagnerait à moins le faire. Pour garder plus de fraîcheur, et surtout pour être plus souvent trouvé dans les 30 derniers mètres. Tout le travail préparatoire, pour acheminer le ballon proprement jusque dans le dernier tiers, doit principalement incomber à la défense et au milieu de terrain. Le Barça a largement en magasin les éléments créatifs pour entreprendre un jeu ambitieux, avec des relayeurs entre les lignes qui cherchent à aller vers l’avant. Ils peuvent et doivent faire avancer le jeu, pas besoin de demander à Leo de s’en charger.

Profiter pleinement de Messi, là où ils est indispensable et irremplaçable, dans la zone de vérité. Et le voir moins s’échiner à faire le boulot dont d’autres peuvent très bien se charger. Au milieu, les strapontins semblent promis à Busquets, De Jong et Arthur, et on attend impatiemment de voir l’impact de Setien sur l’apport de ces joueurs. On peut même imaginer qu’il puisse avoir une influence positive sur des joueurs à la base moins jugones, comme Rakitic et Vidal. Enfin, évidemment, on attend tous Setien au tournant de la Masia… Avec un Riqui Puig, pour commencer, appelé en A et régulièrement injecté sur la pelouse.

Enfin le bon coach pour Dembélé ?

Les meilleurs entraîneurs tirent le meilleur et font progresser leurs équipes, collectivement et individuellement. Sur cet aspect, on frôlait le zéro sous Valverde. Tout le contraire de ce que Setien a réussi à Las Palmas puis au Bétis. Plusieurs joueurs pourront tirer bénéfice de l’arrivée du nouveau coach. Les latéraux pour commencer. Firpo a atteint son meilleur noiveau avec Quique chez les Verdiblancos, Semedo a encore des lacunes à gommer. Même Jordi Alba pourrait profiter de systèmes mieux établis.

Mais s’il est un joueur de l’effectif qui combine talent brut immense et manque de repères évident, c’est Ousmane Dembélé. Le Français est capable de tout, c’est à la fois sa grande force et son principal problème. Parfois dans la même action, son talent et son manque d’intelligence de jeu se téléscopent, et il anéantit une série de dribbles sensationnels par un mauvais choix de passe qui pique les yeux. Typiquement, Dembouz a la tête du joueur qui a besoin d’avoir un mentor, un entraìneur toujours sur son dos pour lui montrer le bon chemin. Comme c’était le cas avec Tuchel à Dortmund. Valverde laissait libre court au talent de ses joueurs en attaque, mais celui de Dembélé a encore largement besoin d’être encadré.

Si le Barça continue en 4-3-3, celui qui accompagnera Messi et Griezmann sur le front de l’attaque aura un rôle essentiel pour donner de la largeur et de la profondeur au jeu. De la vitesse et du dribble. Dembélé ne maîtrise pas les codes et les déplacements inhérents à un ailier dans le jeu de position. Mais Setien peut les lui apprendre, et en faire (enfin) un joueur redoutable. Un joueur qui exploite plus que 50% de son potentiel, ce qui est son cas depuis son arrivée à Barcelone.

Ous jouera gros sur cette fin de saison, face à la concurrence grandissante d’aujourd’hui (Fati, Perez), mais surtout celle qui est annoncée pour l’an prochain (Neymar, Lautauro, Dani Olmo…). C’est le moment où jamais de montrer qu’il peut être important dans cette équipe. Au présent et au futur.

Conclusion

Avec l’arrivée de Quique Setien, la seule certitude est que les culés ont retrouvé l’ilusión de voir le prochain match de leur équipe. Une excitation qui, sous Valverde, s’était étiolée à coup de purges et de matches sans âme.

Il y aura de l’ambition dans le jeu, il y aura du spectacle. Y aura t’il des titres ? Possible. Mais pas sûr, comme toujours. Si Setien échouait à ramener un trophée, il ne faudrait pas pour autant faire le raccourci de penser que le Barça aurait gagné en conservant Valverde. Bien jouer au ballon ne garantit rien d’autre que de prendre du plaisir devant les matches. Et c’est déjà beaucoup. C’est tout ce que l’on demande.

Photo : Twitter @fcbarcelona_es

Abonnez-vous c'est gratuit!

7 Commentaires

  1. merci pour Julien de bien accueillir Setien au Barca. de lui fixer au départ les challenges attendus du Barca.
    mais Julien n’a pas abordé un compartiment trés fragile du Barca qu’est la défense. certes, on doit améliorer Semedo Firpo et Alba mais pour l’axe, ll faut le dire sans se cacher, si ce n’était Stegen, le Barca se retrouvera au milieu du tableau
    et bonne chance a notre nouveau entraîneur.

  2. Très belle analyse, je pense que les joueurs étaient tombés dans une forme de confort avec un coach qui ne voulait pas les pousser dans leurs derniers retranchements pour en tirer le meilleur par crainte de se mettre à dos le vestiaire. Setien semble avoir des idées claires et déterminé à les mettre en place. J’me souviens tjrs d’une phrase que j’avais lu dans l’un de ses interviews, il disait  »Que certains joueurs ne savent pas qu’ils sont capables de faire quelque chose jusqu’à ce que tu leurs montre qu’ils peuvent le faire », on comprend par cette phrase que c’est un coach qui a à coeur de faire progresser ses joueurs, il a su construire une équipe convenable avec des joueurs comme Lemos, Boateng ou encore Roque Messa, il a su tirer le meilleur des joueurs comme Joaquim ou Marc Bartra et a su révéler des joueurs comme Fabian Ruiz, Junior Firpo. C’est clairement tout ce qu’il a manqué à Barcelone ces dernières année un coach qui sait bonifier ses joueurs et les rendre encore meilleur grâce au collectif.

  3. Valverde s’en va et tant mieux. Mais arrêtons de mettre tous nos problèmes à son dos.Nous avons une mauvaise direction qui prend de mauvaises décisions et le plus souvent en raison de mauvais choix en matière de recrutement. Depuis le départ d Neymar, Barça a dépensé près 500millions pour le remplacé mais aucun joueur n’a confirmé l’attente placée en lui.Aujourd’hui on s retrouve avec peut-être l’une des pires défense d’Europe. L’attaque n’a jamais été un problème au Barça mais on n fait q se renforcer en attaque.Souvenons-nous tous ici q on réclamait la tête de Luis Enrique lors d ses deux dernière saison.aujourd’hui c’est au tour d Valverde d payer. Qui sait si Sitien serait le prochain ?

  4. Valverde pratique un foot moins séduisant mais il a presque réussi à gagné une C1 si certains joueur ont pris leurs responsabilité à l’image de Dembélé qui a raté 2 immanquables au Camp nou contre Liverpool et Alba qui a donné 2 buts facile à Liverpool à Anfield.Ces erreur n’étaient pas commise par Valverde mais par des joueurs. Dembélé fait ce qu’il veut depuis son arrivée mais personne n’a rien fait pour le redresser. Arthur s’était rendu à l’anniversaire de Neymar à 2 jour du clasico mais personne ne l’a non redressé. Tant q Bartomeu reste à la direction, aucun entraîneur ne donnera d l’entière satisfaction.

  5. Suarez a des déchets mais Grizeman aussi en a à l’image d ses 2 face à face raté contre l’Atlético et d sa passe raté qui a scellé notre élimination en super coupe. il a toujours été excellent avec un vrai 9 à ses côté. je crois q la direction aurait dû penser à tout ça avant d l’acheter.Si on doit se renforcer, moi j préfère l’arrivée d’un 9 et d’un latéral droit d qualité

  6. Valverde continue avec les contre performance à l’extérieur en alignant toujours Suarez en 9 au lieu de Grizeman… Ah!!!j’avais oublié que c’était pas Valverde mais Setien et q Suarez est absent pour toute la saison. j’avais crié haut et fort ici q Suarez reste le seul joueur irremplaçable à Barcelone pour la simple raison qu’il est le seul 9 d métier. Grizeman et Messi peuvent bien dépanner à ce poste mais face à un bloc bas,ils n peuvent. j’espère juste q M.Julien et M.Olivier feront leur méa culpa après notre prestation indigne à Valence.Bonne soirée

LAISSER UN COMMENTAIRE

Laissez votre commentaire!
Merci d'entrer votre prénom