Barça-Atlético : le retour des Colchoneros, par les stats

1
16
Le retour des Colchoneros sur le Barça en stats
Barcelona's forward Suarez during La Liga Santander match between Atletico de Madrid and Barcelona at the Wanda Metropolitano Stadium in Madrid, Spain on October 14th 2017 - Photo Irina RH / SpainDPPI / DPPI

Fin Janvier, la Liga semblait emballée et pesée. Fort d’un avantage de onze unités sur son poursuivant matelassier, le Barça paraissait sur l’autoroute, direction aliron… Un mois plus tard, le retour des Colchoneros menace le FCB. Explications en chiffres.

Depuis le début des années 2010, le Barça se fait une joie de jouer le coup à fond en Copa del Rey. Par le biais d’une formule par matches aller-retour aussi dépassée que contre-productive, les Catalans ont cette année encore réussi à asphyxier complètement leur calendrier entre le jour de l’An et la mi-Février. Et comme souvent, le coup de pompe physique n’est pas loin, à l’heure d’attaquer la période cruciale de la saison, où se décident les titres, en Espagne et en Europe. Au cours du mois de 28 jours, les Barcelonais ont considérablement ralenti leur cadence, enchaînant les matches nuls et se montrant plus friables.

Barça: un coup de mou face aux petits

Avec trois résultats nuls sur les cinq dernières rencontres, le Barça n’avance clairement pas à un rythme de champion. En tout cas, à une vitesse de croisière assez éloignée de celle qu’il avait réussi à tenir jusque-là. A fin Janvier, l’équipe de la Valve avait seulement concédé trois empates, dont deux sur les pelouses de l’Atlético et de Valence, qui doivent légitimement être considérés comme de bons résultats. Le seul véritable couac avait eu lieu à la maison face au Celta. Mis à part ça, le FCB s’était montré clinique avec 100% de victoires sur les équipes qui ne luttent pas pour les places européennes. Le calendrier de Février n’avait pas de quoi empêcher de trouver le sommeil, néanmoins les Barcelonais ont égaré six points face à des équipes toutes classées dans la seconde moitié du tableau (Espanyol, Getafe et Las Palmas). Désormais, le FCB a perdu plus de points contre des équipes de la seconde moitié du classement, que contre les équipe de la première moitié. Ce qui est aussi fâcheux que préjudiciable.

Classement Dynamique de la Liga. Le Barça a surtout perdu des points face aux équipes de 2nde partie de tableaux (4 nuls), alors que l’Atlético a majoritairement perdu ses points face à ses concurrents directs pour l’Europe.

De son côté l’Atlético de Madrid a lâché plus de lest face à ses rivaux directs, puisque les Rojiblancos affichent un bilan de 4 victoires pour 6 nuls face aux adversaires du Top 8. Avec une défaite et un nul, les pensionnaires du Wanda ont limité leurs pertes à 5 points face aux adversaires classés à partir de la 10ème place, alors que le Barça en a concédé huit face à ses équipes.

La surperformance, l’ADN de l’ATM

Comme toute équipe à vocation défensive, l’Atlético s’appuie sur une grosse solidité derrière et mise sur relativement peu de munitions devant (en comparaison avec des équipes plus joueuses comme le Barça, par exemple). De fait, il est rare que le rapport des Expected Goals dans un match soit largement en leur faveur, ce qui explique leur faible total de points estimés par le modèle.

Être performant avec cette philosophie de jeu passe forcément par une extrême efficacité, notamment offensive, qui se mesure assez généralement au talent des attaquants (et ils ont ce qu’il faut en magasin). L’Atléti arrive donc à faire beaucoup avec pas grand-chose, mais elle le fait depuis toujours, et cette surperformance est clairement inscrite dans l’ADN de son jeu. En Europe, elle est d’ailleurs l’équipe qui surperforme le plus, avec la Juventus (tiens, tiens, une équipe qui partage une philosophie proche de celle de Simeone).

L’Atletico est donc une équipe qui gagne sans dominer, et la différence est saisissante, sur un classement en relief (cf. ci-dessous), entre ce que l’équipe du Cholo propose (classement xPoints) et ce qu’elle arrive à en tirer (classement officiel). Dans ce sens, elle se distingue nettement des deux autres cadors du Championnat, le Barça et le Real.

Classement en relief. A gauche, le classement officiel, Atlético à 5 points du Barça et Real décroché. A droite, le classement estimé par le modèle des Expected Goals, le Barça et le real sont loin devant l’ATM. Les Colchoneros sont l’équipe qui surperforme le plus, et de loin.

Le retour des Cochoneros

On vient de le voir, de par leur conception du football diamétralement opposée, Culés et Colchoneros n’ont pas le même rapport aux Expected Goals. Cependant, on peut noter une franche inflexion dans les chiffres depuis le début d’année, qui reflète assez bien le coup de mou traversé par les Blaugrana.

Jusqu’au 31 Décembre, toutes les stats sont, et largement, en faveur du Barça, hormis la surperformance. Depuis le 1er Janvier, la surperformance reste à l’avantage de l’ATM, mais sur la base de statistiques désormais équilibrées entre les deux équipes.

L’Atlético a beau être diabolique en termes d’efficacité, le FCB parvient habituellement à tirer son épingle du jeu par une production largement supérieure. C’est ce qu’il s’est passé dans la première moitié de saison : l’Atléti affiche un taux de réussite hallucinant, mais la contribution du Barça est tellement supérieure (en différence de buts estimée et en Expected Points notamment) que même une efficacité moindre leur donne le leadership au classement.

Depuis la bûche de Noël, les dynamiques se sont largement inversées. Il faut peut-être y voir l’apport des recrues du côté des Matelassiers (Diego Costa, Vitolo, plus le retour en forme de Griezmann) ou un sous-régime physique pour Messi et ses petits camarades. Toujours est-il que sur l’année 2018, c’est l’Atlético qui affiche les meilleures stats en termes de différence de but et de total de points estimés. Alors que toutes les catégories étaient largement à l’avantage du Barça, elles sont désormais équilibrées avec un léger avantage ATM. Sachant que la surperformance est toujours de leur côté, un maintien de cette tendance jusqu’au mois de Mai pourrait être fatal aux Catalans.

La parole à la défense

Lorsque l’on aborde la question de la solidité défensive, Simeone et la forteresse qu’il a construite se posent forcément là. Pourtant, à la trêve, c’est bien Ter Stegen qui dirigeait la meilleure défense du championnat. Un atout assez inhabituel pour les Blaugrana, qui leur a permis de faire tourner nombre de rencontres à leur avantage, en évitant notamment d’encaisser le premier but et de se retrouver dans une situation contraire.

Malheureusement, alors que de son côté le second club de Madrid (à moins que ce ne soit le premier…) parvient à maintenir un fort taux d’herméticité, M.A.T.S. et sa défense se montrent de leur côté beaucoup plus friables.

Le Barça a quasiment pris autant de buts en deux mois en 2018 qu’en plus de quatre mois en 2017.

Les chiffres sont implacables, depuis la reprise (et sans compter les matches de Coupe du Roi), le Barça encaisse deux fois plus de but par match. Logiquement, les scenarii se compliquent pour l’escouade de Valverde qui ont déjà été menés au score dans 5 rencontres depuis le Nouvel An (Liga+LDC : Chelsea, Gerone, Espanyol, Alaves, Real Sociedad) alors qu’elle ne l’avait été que quatre fois sur toute la phase pré-trêve.

En comparaison, l’Atlético a d’ailleurs passé près de deux fois moins de temps en étant mené au score en Liga (97 minutes contre 188 aux Blaugrana), ce qui leur a certainement permis de mieux gérer leurs rencontres.

Enfin, pour illustrer à nouveau le changement de momentum entre les deux équipes depuis les vacances de fin d’année, les statistiques défensives qui tournaient à l’avantage des équipiers de Piqué sont actuellement favorables aux Matelassiers. Même si le bilan global sur la saison reste équilibré, la rupture est assez nette quant à la dynamique de chacune des deux équipes.

Jusqu’à Noël, le Barça dominait les stats sur l’efficacité défensive. Depuis, c’est l’Atlético qui est plus imperméable. Au global sur la saison, les Catalans concèdent moins d’occasions mais plus de buts.

Conclusion

Fort d’une avance de 11 points au mois de Janvier, le Barça a vu son avance fondre et diminuer à 5 unités, par la faute de trois contre-performances face à des équipes mal classées.

Dans son mano a mano avec l’Atlético, le Barça subit surtout, depuis la trêve, une inversion du momentum. Traditionnellement, et cela ressort dans les statistiques avancées, l’ATM est toujours meilleure « surperformeuse » mais affiche une production globale assez faible, souvent bien inférieure à celle du Barça. Or actuellement les chiffres sont à l’équilibre entre les deux équipes, ce qui fait pencher la balance du côté de l’équipe la plus efficace, l’Atlético de Madrid.

Abonnez-vous c'est gratuit!

Abonnez-vous à ce blog par e-mail.

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

Photo: Irina RH / SpainDPPI / DPPI

Abonnez-vous c'est gratuit!

1 COMMENTAIRE

  1. il est vrai que les states montrent un déclin du Barca en 2018 mais il faut nuancer ces conclusions; car en fait les trois contre performances sont nettement acceptables au vu de la particularités des rencontres: avec l’Espagnol c’était un derby agressif; les joueurs sous tension extrême, le Barca ne pouvait dérouler son jeu de possession.
    avec Palmas, Valverde a aligné une équipe gagnante qui a bien joué et aurait gagné le match si ce n’était l’arbitrage décevant.
    avec Getafe, je pense que Valverde a tenté les « alternatives » qui malheureusement n’ont pas été payantes pour une première .

    j’ai beaucoup espoir que le Barca reprendra sa tendance et l’atletico en fera les frais

    visca Barca

LAISSER UN COMMENTAIRE

Laissez votre commentaire!
Merci d'entrer votre prénom