« Baro » Mondial : un golazo, des pénos et Sean Paul

1
738

Le premier tour de ce Mondial vient de s’achever et les joueurs Barça n’ont pas forcément brillé. Trois d’entre eux n’ont pas joué (Mina, Vermaelen, ter Stegen) et un seul a marqué (Coutinho). Messi aurait pu être le deuxième, mais Halldorsson en a décidé autrement…

Avait déjà essayé d’envoyer sa spéciale quelques minutes plus tôt mais les défenseurs s’étaient bien gardés de lui ouvrir la porte. Alors Philippe a donné sa balle et patienté. La deuxième opportunité fut la bonne. Le seul blaugrana à avoir marqué. Et quel but !

LIRE AUSSI : Paulinho et Coutinho peuvent remercier Tite

Le nouveau joueur du Vissel Kobe était comme à la maison. En chaussons. Il avait son petit Alba à gauche, son petit Piqué derrière et son petit Busi dans l’axe. Le coup de rein n’y est plus parce que 34 ans, mais cela n’empêche pas Don Andrés d’accélérer le jeu. Attention à ne pas jouer qu’avec les copains tout de même.

Un cran plus bas qu’avec le Barça, le Croate n’a pas réellement eu l’occasion de se projeter. Il a joué simple, propre et s’est même permis quelques prises de risque – souvent payantes – dans la passe.

Seuls Ramos, Isco et Koke ont touché plus de ballons que lui. Autant dire que le navire espagnol a clairement penché à bâbord. Jordi a passé plus de temps dans le camps portugais que dans le sien et a n’a manqué que sept passes sur 78. 29 ans au compteur, rassurons-nous, la mobylette en a encore dans le moteur.

Busi n’était pas d’humeur à jouer verticalement. Il s’y est vaguement essayé, s’est clairement foiré et a décidé de ne pas s’embêter. Il s’est contenté de ratisser proprement, conserver et lâcher rapidement la balle au coéquipier le plus proche. C’est déjà pas mal.

Des récupérations, des projections vers l’avant et du déchet technique – sinon ce n’est plus Paulinho – dans son style atypique reconnaissable entre 1000. A d’abord fait monter la température avant de disparaître avec ses copains. Sean Paulinho.

L’histoire ne retiendra pas qu’il a très bien tenu la baraque avec son pote Raphael. Elle ne retiendra que cette grossière main dans la surface de réparation qui a failli coûter deux points à son équipe. Mais bon, tant que ça le fait rire…

A pénétré sur la pelouse le regarde droit, froid, déterminé. Puis ses yeux se sont rapidement écarquillés devant la naïveté de Nacho et la bourde de De Gea. Costaud pendant une grande partie du match, le twittos catalan a fini par se rendre responsable d’une faute sur Cristiano Ronaldo. Gérard aurait figuré plus haut dans ce baromètre si le Portugais n’avait pas transformé le coup-franc.

A tiré 11 fois au but. A cadré trois fois. Parmi ces trois fois, un penalty. Du moins, il parait que c’en était un. Halldorsson rejoint la liste de plus en plus nombreuse des gardiens qui ont repoussé un peno de La Pulga. Le reste ? Cinq des frappes de l’Argentin ont été contrées par le très épais mur de la défense « mouriniesque » de l’Islande. Messi n’arrivait pas à faire la différence et personne d’autre ne semblait en mesure de l’aider. Samedi soir, il est allé se coucher avec deux points sur la conscience.

LIRE AUSSI : L’ultime défi de Messi

67 kilos de pur talent, de vitesse, de technique, de génie, mais 67 kg quand même. Si c’est pour contre-attaquer, s’enfiler dans les espaces et asséner de grands crochets aux défenseurs, c’est parfait. Si c’est pour se battre contre des gros australiens barbus qui bavent, c’est beaucoup plus compliqué. Pas un match pour lui.

Luisito a encore croqué. Cette fois, ce n’était pas dans un adversaire, mais dans la feuille de match. Trois fois. La première, il a manqué le cadre à bout portant. La deuxième, il a buté sur El-Shenawy à bout portant. La troisième, il s’est fait cueillir en essayant de dribbler ce même gardien égyptien. Si Gimenez n’avait pas marqué, El Pistolero se serait fait assassiner. À bout portant.

« Je compte sur Yerry Mina pour le match contre le Japon ou le suivant », assurait le sélectionneur de la Tricolor José Pelerman, hier, en conférence de presse. Ce sera donc pour la prochaine fois.

N’a pas joué pour cause de Neuer.

LIRE AUSSI : Neuer c’est Neuer, il n’y a plus d’espoir pour ter Stegen

A du déclarer forfait contre le Panama parce qu’il n’était pas encore remis de sa blessure. Évidement.

 

Photo : Hu jinxi / Imaginechina

Abonnez-vous c'est gratuit!

1 COMMENTAIRE

  1. Et bien ! on voit que les joueurs du club ne sont pas au niveau et ils sont tous outsider rien à dire .. Même Messi le meilleur n’arrive pas à marquer un penalty sortir et de son équipe de l’impasse donc Valverde doit savoir coacher ses hommes la saison prochaine sinon la champions ne sera pas chez nous.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Laissez votre commentaire!
Merci d'entrer votre prénom