« C’est un mensonge »

0
4785

A peine nommé Eric Abidal doit faire face à sa première crise. De foie en l’occurrence, puisque El Confidencial affirme que l’organe qui lui a été transplanté en 2012 a été obtenu illégalement. Le nouveau secrétaire technique du Barça a démenti l’information, tout comme le Club, jusqu’au plus haut niveau. Reste à connaître maintenant les conséquences.

C’est aussi sordide qu’inattendu. El Confidencial, un média espagnol très bien informé des affaires judiciaires, a affirmé hier qu’Eric Abidal a bénéficié en 2012 de la transplantation d’un foie obtenu illégalement. Une information publiée suite à une « fuite » de 4 écoutes téléphoniques réalisées sur le portable de l’ex-président du Barça Sandro Rosell, accusé par ailleurs pour blanchissement d’argent dans une autre affaire. La police espagnole a intercepté ces conversationsen avril 2017, peu après l’interview dans l’Equipe du Français qui accusait Rosell d’être seul responsable de son départ du F.C. Barcelone en 2013. Selon El Confidencial, un ami de l’ex-président se nommant Juanjo l’aurait appelé pour pester contre l’attitude de l’ex-international Bleu. « On lui a acheté un foie illégal dit-il à Rosell. Et on a fait passer ça pour une donation de son cousin. De son cousin! Et on lui a payé les 2 années de contrat qui lui restait! ». Rosell ne s’étend pas beaucoup dans ses réponses mais ne le nie pas non plus. Il lâche même un « oui, oui, oui » pour mettre fin à la conversation.

Lire aussi: Abidal, la surprise du chef

« C’est un mensonge »

La communication de crise ne s’est pas faite attendre. Les avocats de Sandro Rosell se mettaient en contact avec la radio RAC 1 quelques minutes plus tard pour affirmer qu’ils ne savaient rien de cette affaire. Le Barça a répondu à midi via un communiqué de presse, pointant du doigt « l’omission du fait que le dossier a été classé sans suite le 18 mai dernier par un juge à Barcelone », tout en réaffirmant son soutien à Abidal et sa fondation. Plus tôt dans la matinée, El Pais avait révélé que l’affaire avait été classée faute de collaboration des autorités françaises dans le dossier. Interrogé par Barça Inside, un membre très haut placé du F.C. Barcelone a été catégorique: « L’information de El Confidencial est un mensonge. »

Le Français s’est lui aussi exprimé sur les réseaux sociaux, en anglais, pour remercier de nouveau son cousin Gérard d’avoir été donateur, et s’est excusé auprès de tous ceux qui auraient pu se sentir floué au vu de l’information. « La documentation médicale prouvant que toutes les étapes ont été respectées est disponible » a même affirmé Abidal. L’Hospital Clinic, touché par cette affaire, a lui aussi démenti les accusations. Il a toutefois ouvert une enquête interne, selon El Pais, en collaboration avec l’Organisation Nationale des Transplantés.

Con la publicación de esta imagen quiero pedir respeto hacia mi primo Gerard y defender su honorabilidad. Denuncio públicamente la actitud de algunos medios que siguen poniendo en duda la legalidad de una intervención que me salvó la vida. ⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀ ¡Basta ya! Pido respeto para todos los que hemos pasado o están pasando por una situación similar. ⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀ ————— ⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀ With this image, I want to show my respect for my cousin, Gerard, and defend his honour. I wish to publicly condemn the attitude of some media outlets who are suggesting any doubt in the legality of the intervention which saved my life. Stop now! I request respect for myself and everyone affected personally by this stage of my life, and for anyone else in a similar situation. ⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀

A post shared by E.Abidal Official (@abi22ericabidal) on

Lire aussi: les 5 défis d’Abidal

Abidal ne risque rien… en principe

Reste que la dignité d’Abidal et du Barça ont été entachées. Car si cela est vrai, cela pose un vrai problème éthique. Si cela est faux, comme cela nous a été confirmé, il reste un doute: pourquoi ne pas attaquer El Confidencial en diffamation, comme le Club l’avait fait avec la Cope quand la radio l’avait accusé de dopage?

Reste cependant que les écoutes révèlent les divisions entre Rosell et Bartomeu d’un côté, et Abidal de l’autre, d’une manière bien plus crue que dans l’interview du Français dans l’Equipe. Un manque de feeling entre les parties qui avait conduit Abi à critiquer encore récemment en privé la direction actuelle du Barça, trois ans après s’être présenté aux élections avec Laporta et contre Bartomeu. Abidal, d’un point de vue judiciaire, ne risque cependant rien puisque l’affaire est classée.

Photo: AFP PHOTO / Lluis GENE

Abonnez-vous c'est gratuit!

LAISSER UN COMMENTAIRE

Laissez votre commentaire!
Merci d'entrer votre prénom