Il était une fois… « Més que un club »

2
4767

Quelle autre phrase que « Més que un club » est capable de désigner le FC Barcelone à la perfection ? Sa popularité n’est plus à prouver, mais son origine mérite d’être éclaircie.

La devise du Barça est la première phrase que l’on lit en débarquant au Camp Nou. Elle est écrite en énorme, jaune sur bleu, dans les tribunes du stade. Elle est surtout gravée dans l’ADN du club. L’histoire du « Més que un club » date du 17 janvier 1968. C’est à l’occasion de son discours de prise de possession que le président Narcís de Carreras déclare que le Barça est « bien plus qu’un club de football. » Contrairement à son habitude, il a tenu à garder avec lui le speech par écrit. Signe qu’il savait que cette phrase aurait un certain impacte. L’année suivante, Manuel Vázquez Montalbán publiait l’article « Barça ! Barça ! Barça ! » dans la revue Triunfo qui allait devenir un classique. L’auteur y décrivait parfaitement la ville de Barcelone pendant la dictature franquiste et faisait référence à Narcís de Carreras. « Dans les pupilles de beaucoup de ces personnes qui se dirigent vers le Camp Nou, il y a un bouclier avec quatre barres rouges sur fond jaune (les couleurs de la Catalogne), je parie que vous n’avez pas vu cela dans d’autres terrains d’Espagne », est-il écrit. En 1973, Augusti Montal a utilisé la célèbre phrase pour sa campagne de réélection à la présidence du club. « Le Barça est plus qu’un simple club de football« , a-t-il affirmé.

Un Barça politique

Mais en réalité, cette histoire remonte a bien plus loin. Avant que la sentence ne soit prononcée par Narcís de Carreras, le FC Barcelone était déjà « Més que un club ». C’est en 1908 que l’entité a commencé à s’engager politiquement. Joan Gamper, fondateur du club, a rapproché le Barça des partis politiques catalanistes. L’objectif était de faire perdurer l’identité catalane. Cette décision s’est reflétée dix ans plus tard, lorsque le club a adhéré à la demande d’un statut d’autonomie pour la Catalogne. Mais voilà, cette prise de position n’a pas été bien vécue à Madrid. Pendant la dictature de Primo de Rivera (1923-1930), le club a été bloqué pendant six mois parce que des supporters blaugranas avaient sifflé l’hymne espagnol. Pendant de nombreuses années, le stade du Barça – que ce soit le Camp Nou ou Les Corts – était le seul endroit où les Catalans pouvaient parler leur langue. C’était un lieu de revendication politique et culturelle.

LIRE AUSSI : Il était une fois… la tradition de la Mercè

Des sièges vides

Cette dimension politique est encore visible aujourd’hui. Le 1er octobre 2017, pour la 7e journée de championnat, Las Palmas a été accueilli dans un Camp Nou complètement vide. Les habituels cris des supporters en faveur de l’indépendance à la minute 17:14 – référence à l’année ou Barcelone est tombée aux mains des Bourbons – étaient ailleurs. À ce moment là, de violents heurts (au moins 91 blessés) entres les forces de l’ordre et les partisans du référendum pour l’autodétermination de la Catalogne éclataient dans Barcelone. Le club voulait reporter ce match, mais sa demande a été rejetée par la Ligue espagnole. Il se trouvait même menacé d’un retrait de trois points s’il décidait de ne pas le jouer. La décision a fait polémique puisque certains estimaient que le Barça avait coupé la parole aux supporters alors qu’ils tentaient justement de s’exprimer. Elle aura au moins permis de pouvoir lire les quatre fameux mots écrits dans la tribune latéral du stade, qui prenaient encore plus de sens ce jour-là.

 

Photo : Xavier Bonilla / NurPhoto

Abonnez-vous c'est gratuit!

2 Commentaires

  1. Merci M. Massias pour cet article si émouvant. L’héritage du barca est un modèle universellement apprécié et respecté. Pourtant j’ai senti une certaine amertume entre les lignes sinon pourquoi il était une fois mes que un club? C’est vrai le règne de BARTOMEU, et de son ami prédécesseur qui sévit en prison, a perturbé cette tradition par les scandales multiples et les décisions périlleuses. Mais l’histoire nous a enseigné que le barca s’est bien relevé après de multiples crises (politiques notamment). Souhaitons que vous achevez votre intervention par un autre article sur le devenir possible du barca et comment mes que un Club survivrait?
    VISCA BARCA

LAISSER UN COMMENTAIRE

Laissez votre commentaire!
Merci d'entrer votre prénom