Jordi Mboula, dur, dur sur le Rocher

1
3753
La première année de Jordi Mboula à l'AS Monaco ne fut pas de tout repos (photo : twitter @jordimboula1)

La Masia perd de plus en plus de ses prodiges. Le 21 juillet 2017, c’est le jeune Jordi Mboula (19 ans) qui quittait le centre de formation du FC Barcelone pour rejoindre l’AS Monaco. Après une année d’allers-retours entre l’infirmerie et l’équipe réserve, l’ailier sera fixé sur son avenir pour le prochain exercice.

Jordi Mboula a encore des jambes lorsque Radamel Falcao le sert sur la droite. Il faut dire qu’il n’est entré en jeu que deux minutes plus tôt. Charles Traoré, lui, est sur le terrain depuis le début. Le défenseur troyen va sentir le poids de ces 93 minutes sur le passement de jambe de l’Espagnol. Il ne pourra pas l’empêcher d’ajuster son gardien Erwin Zelazny et d’inscrire le troisième but des siens (3-0). À peine l’engagement vient-il d’être joué que l’arbitre siffle la fin du match. Mboula aura donc attendu la toute dernière minute de la saison pour inscrire son premier but avec l’équipe A. Avant cela, il avait déjà eu l’occasion de goûter au groupe de Leonardo Jardim grâce à quelques bancs (Guingamp, Yzeure, Lyon, Stoke City, Saint-Etienne) et deux autres apparitions en fin de saison (Amiens et Caen, où il provoque l’expulsion de Genevois), mais pas de quoi crever l’écran. Les deux dernières minutes auront suffit.

« C’était un peu un chien fou »

Pourtant, il n’était pas cousu de fil blanc, ce but. Mboula a longtemps eu du mal à s’imposer avec l’équipe réserve du Rocher qui évolue en National 2. « Les premiers matchs, il était un peu discret, raconte Jérémie Bernigole, journaliste chargé de suivre la B monégasque pour Monaco-Matin. Il fallait le temps de s’acclimater. On voyait qu’il n’avait pas encore l’étoffe pour jouer quelques minutes en pro. C’était un peu un chien fou. Après ça s’est vite calmé, il est rentré dans le moule, il a compris les exigences de David Bechkoura (le coach). » « Ce qui est compliqué, c’est cette première année où tu signes ton contrat pro, que tu dois t’entraîner avec les professionnels mais tu joues très peu les week-ends donc tu es avec la réserve, ajoute Fabien Pigalle, l’un des deux journalistes observateurs de l’ASM pour Nice-Matin. Tu es dans l’incertitude permanente de où jouer, quand jouer… En terme d’adaptation ce n’est pas facile. » Sans oublier que, souvent, l’ex-blaugrana a eu droit à un traitement particulier de la part de ses adversaires. Les vidéos de ses raids solitaires ont suffisamment tourné sur internet pour lui attribuer une petite réputation de dribbleur insaisissable. Le revers de la médaille, c’est qu’il est devenu une cible chez les défenseurs de National 2 qui n’hésitent pas lui rentrer dedans. Cette dimension physique peut être rapprochée à bon nombre de ses pépins. Une fatigue musculaire (juillet), une blessure en sélection (novembre) et encore une autre avec Monaco deux matchs après son retour (décembre), puis une dernière en Youth League (février). Difficile de trouver régularité et confiance dans ces conditions.

« C’est un pari du club »

Si Jordi Mboula avait été un joueur « banal », l’AS Monaco n’aurait certainement pas été si patiente. Le club a d’ailleurs envisagé de le prêter l’hiver dernier avant de raviser. « Ils préféraient l’avoir sous la main, le faire progresser, le façonner, l’avoir au quotidien, explique Mathieu Faure, binôme de Fabien Pigalle. La Ligue 1 est très compliquée. Il n’avait jamais joué en pro donc le but n’était pas qu’il explose au premier contact. Ils prennent vraiment le temps avec lui. » Pigalle acquiesce : « C’est un pari du club de l’avoir recruté et fait venir de Barcelone. Ils savent qu’ils pourront compter dessus à l’avenir donc autant lui donner sa chance. » L’ancien du Barça entre dans la même politique de recrutement que des espoirs comme Pellegri, Bongiovanni ou Antonucci. « Ils (l’ASM) sont sur tous les jeunes à fort potentiel en Europe et dès qu’ils peuvent en gratter un, ils en grattent un, synthétise Faure. C’était le meilleur buteur de la Youth League l’année dernière, il avait une clause à trois millions, ils ont sauté dessus. » Pour l’instant, le retour sur investissement se fait encore désirer. Des résultats plus probants sont attendus pour la saison prochaine. S’il reste au club…

LIRE AUSSI : Youth League : pas nécessairement un tremplin vers le Camp Nou

Le Cercle de Bruges en ligne de mire

L’hiver dernier, Angers et Nantes étaient sur le coup. Aujourd’hui, l’une des principales options concernant l’avenir de la pépite se nomme le Cercle de Bruges. D’autant plus que Leonardo Jardim n’est pas en pénurie de joueurs de couloir. Keita Baldé, Adama Diakhaby, Thomas Lemar, Rony Lopes… En mai 2017, l’ASM a racheté ce club « exprès pour garantir du temps de jeu aux jeunes et les faire progresser donc ce serait parfait pour lui », estime Mathieu Faure. Fabien Pigalle est moins enthousiaste à l’idée d’un prêt sous la grisaille belge : « Je pense qu’il faut faire attention de bien le mettre dans un cadre de travail qui lui convient, c’est-à-dire un peu de soleil aussi. Ça paraît bête mais c’est quand même important pour un jeune joueur de ne pas être autant déraciné. » Les prochains matchs amicaux de début de saison seront donc décisifs pour Mboula. C’est à ce moment-là qu’une décision sera prise. Pigalle explique : « À Monaco ça se passe comme cela : il y a un premier stage qui permet de rassembler tous les jeunes pro, où ils enchaînent les matchs amicaux. Il y a un premier tri qui est fait. Le deuxième stage, s’il est repris, sera avec les pros qui rentrent de la coupe du monde ou de vacances. Là, l’équipe est constituée. »

Avec deux buts contre Sankt Pölten et Nimes, le Transpyrénéen s’était montré sous son meilleur jour l’été dernier. Mais voilà, le phénomène Kylian Mbappé a permis au club de la Principauté de se faire un joli pactole et de recruter à nouveau à son poste. « Et puis Jardim, avec les jeunes, il a cette philosophie d’être dur au début pour que le joueur forme son caractère », renchérit Fabien Pigalle. Cette fois, il devrait être clairement fixé sur la saison qui l’attend. S’il reste à Monaco, c’est pour jouer, au moins en sortie de banc. La Turbie le verra d’avantage en tenue d’enraiement qu’avec la National 2. Ou alors, elle l’oubliera, le temps qu’il parte se faire les dents vers d’autres cieux.

Abonnez-vous c'est gratuit!

1 COMMENTAIRE

  1. Ça lui apprendra à ne pas avoir été patient, il aurait dû prendre l’exemple des puyol, xavi, iniesta, messi. Patienter et persévérer dans l’apprentissage.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Laissez votre commentaire!
Merci d'entrer votre prénom