Les collectionneurs du Barça – Hassan Ben Arfa et ses 140 maillots

2
3327

Hassan Ben Arfa collectionne les maillots du FC Barcelone depuis une trentaine d’années. Il compte aujourd’hui 140 maillots du « Mes que », dont beaucoup sont signés par les joueurs.

L’oniomanie est le trouble de l’achat compulsif. En gros, la maladie du shopping. Pour certains, l’oniomanie est liée directement aux rues bourrées de magasins de vêtements. Pour Hassan Ben Arfa – « Hatem est un lointain cousin » – c’est une autre histoire. Chez lui, tout est parti de son immense passion pour le FC Barcelone. « J’ai commencé à suivre le Barça à l’âge de 10 ans, c’était la fin de la période Cruyff joueur », explique-t-il. C’est en suivant les péripéties des Catalans dans les années 1970 que le Marocain s’est lancé dans sa collection. Aujourd’hui, il compte pas moins de 140 maillots, sans compter les chaussures. Il tient à préciser qu’il les a « tous achetés. Je n’ai pas eu de cadeau. » Hier, l’homme de 51 ans a ajouté « les vraies chaussures de Hristo Stoitchkov et de Rafael Marquez«  à sa panoplie. Mais parmi toutes ses tuniques, il y en a une qu’il place au dessus du lot. Sans aucune hésitation, il pointe celle de Johan Cruyff signée par le « Hollandais volant » en personne. « C’est un collectionneur très âgé qui me l’a vendu… assez cher, sourit-il. Quelques milliers d’euros. Il s’agit du maillot le plus cher que j’ai après ceux de Messi. » Chaque maillot ou chaussure de l’Argentin est également marqué de sa griffe.

Le fameux maillot de Johan Cruyff.

Les séances photos de Nike

« Le temps c’est de l’argent », dirons certains. Pour sa collection, Hassan a eu besoin des deux. Beaucoup, même. « Avant, j’avais des amis à Barcelone avec qui on échangeait les maillots qu’on avait en double. Et quand je voyageais à Barcelone – je le faisais souvent – j’achetais les maillots de l’époque. Maintenant, je n’achète que des maillots ou chaussures signés. » Mais comment se débrouille-t-il pour dénicher tous ces exemplaires uniques ? Ingénieur de formation, l’homme d’affaires a de la ressource. Il passe par les séances photos organisées par Nike. « Je reçois la photo du joueur qui a signé le maillot et le certificat d’authenticité. Pour les trois quarts des objets signés, j’ai un certificat. » Ou alors il contacte d’autres collectionneurs aux États-Unis, en Angleterre ou en Espagne pour leur acheter des maillots. Une fois le sésame entre ses mains, Hassan l’affiche dans son restaurant, Le Puzzle, à Rabat (Maroc).

QG de la penya de Rabat

« Au début, les maillots étaient dans des tableaux en entier, raconte-t-il. Mais comme j’ai voulu afficher toute la collection que j’ai et qu’il n’y avait pas assez de place, je les ai tous refaits en pliant les maillots à l’intérieur. » Quel meilleur endroit pour accueillir une penya blaugrana qu’un restaurant aux murs entièrement remplis de maillots ? Celle de Rabat n’a pas tergiversé et a élu son établissement comme quartier général. Mais bientôt, toute cette collection va s’en aller. Hassan est en train de construire une villa dans laquelle il aura son propre musée où ranger sa passion du Barça. Tous ses objets y migreront et il devra trouver d’autres pièces pour que Le Puzzle se reconstruise.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Photos : Hassan Ben Arfa

Abonnez-vous c'est gratuit!

2 Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

Laissez votre commentaire!
Merci d'entrer votre prénom