Dika Mem: « Continuer à avancer malgré tout »

1
93
Dika Mem:
Dika Mem: "il faut continuer à avancer " après l'attentat de jeudi à Barcelone.

Pour le handballeur du F.C. Barcelone Dika Mem il faut continuer à avancer malgré les évènements de jeudi qui ont fait plusieurs morts en Catalogne.

Le handballeur du F.C. Barcelone Dika Mem est arrivé il y a un an à Barcelone, le temps pour lui d’apprécier cette ville malgré les nombreux déplacements de son équipe. Touché comme tout le monde par l’attentat de jeudi dans le centre ville, l’international français délivre un message de compassion et d’optimisme.

Où étiez vous jeudi quand vous avez appris qu’il y avait eu un attentat à Barcelone sur les Ramblas?

On était dans les vestiaires juste avant notre match de préparation en Roumanie – contre le CSM Bucarest, victoire du Barça 33-26 NDLR. Le Club a demandé s’il était possible de faire une minute de silence, qu’on a fait avant le match.

Vous étiez en condition de jouer cette rencontre?

Oui parce qu’au moment où l’on apprend il n’y a encore rien de concret, tout était encore un peu flou. On savait qu’il y avait des choses mais on n’en connaissait pas encore la gravité. Mais c’est vrai que certains étaient plus bouleversés que d’autres au moment de commencer à jouer. C’est après le match qu’on en a discuté.

Votre famille est actuellement à Barcelone. Elle est saine et sauve?

Tout va bien car elle était près de chez moi à Gava – à 25 kilomètres au sud de Barcelone NDLR.

Quelle a été votre réaction quand vous eu connaissance de tout ce qui s’est passé?

J’étais à Paris lors des attentats du 13 novembre mais je n’aurais jamais pensé que ça pourrait se passer ici. Ça m’a fait quelque chose de voir ce qui s’est passé en plein cœur de Barcelone même si mon entourage va bien. C’était dur.

« Il faut continuer à avancer »

Des Français rencontrés jeudi à Barcelone disent que qu’il s’habituent à vivre avec ça depuis les attentats de 2015 à Paris. C’est pareil pour vous?

C’est vrai que j’ai été moins sous le choc que certains de mes coéquipiers puisque j’ai déjà vécu cette situation à Paris. J’avais déjà ressenti ces moments de panique, cette envie de ne pas trop sortir de chez soi. Du coup j’essaye de prendre du recul et de ne pas me laisser abattre par ce genre de nouvelles même si c’est très triste et que je suis désolé pour toutes les familles qui ont été touchées.

La vie continue malgré tout?

Oui même si c’est vrai que ce qui s’est passé jeudi est grave. Maintenant il faut pas rester dessus trop longtemps. Le meilleur moyen d’aider les familles qui ont été touchées c’est de continuer à avancer tout en apportant notre soutien.

[mks_toggle title= »Abonnez-vous c’est gratuit! » state= »close « ][jetpack_subscription_form][/mks_toggle]
PHOTO: Juan Lazaro

Abonnez-vous c'est gratuit!

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Laissez votre commentaire!
Merci d'entrer votre prénom