OL-Barça : A quoi s’attendre face à Lyon ?

13
1041

Le FC Barcelone se déplace mardi au Parc OL pour affronter Lyon, dans un huitième de Champions très attendu dans l’Hexagone. Au moment de soupeser les forces en présence, la balance des pronostics penche toujours du côté Catalan. Mais le Barça, entre absences, états de forme douteux et fonds de jeu nébuleux, aura tout à craindre d’un Olympique Lyonnais souvent imprévisible, dans son organisation comme dans son rendement.

Les supporters Français du Barça en trépignent depuis le tirage au sort. Une grosse poignée d’entre eux seront présent sous le toit du Parc OL mardi soir, et croisent les doigts pour ne pas vivre de déconvenue. Le FCB fait évidemment figure de favori, mais les prestations des dernières semaines n’invitent pas à un optimisme démesuré, notamment la triste chienlit de samedi face à Valladolid. En face, l’OL a prouvé cette saison qu’il savait élever son niveau, pour regarder les meilleurs les yeux dans les yeux. Match piège ? Possible… Match assez difficile à cerner, en tout cas, car pas mal de questions restent en suspens.

Quel système pour l’OL ?

Certaines équipes ont un système de jeu défini, ancré dans le marbre, et n’en dérogent que pour de micro-ajustements. On ne peut pas vraiment ranger l’Oympique Lyonnais dans cette catégorie… Après avoir alterné entre 4-4-2 et 4-3-3 en début de saison, au gré notamment de la disponibilité ou non de joueurs avec un profil spécifique comme Fékir, Bruno Génésio avait affronté les premiers frimats de l’hiver avec une défense à trois centraux. Cette défense à trois a trouvé une continuité jusque dans certaines rencontres de Janvier. Mais tout dernièrement, les performances de Moussa Dembélé ont rendu ce dernier indispensable en pointe, ce qui a conduit Génésio à implanter un 4-2-3-1 avec Fékir en meneur de jeu axial. Mais le Champion du Monde sera suspendu mardi… alors rien ne dit que ce schéma sera maintenu.

En Ligue 1 cette saison, le 4-2-3-1 est le système le plus utilisé par l’OL (36% du temps), devant le 3-5-2 et le 4-3-3 (23% chacun).

En y regardant de plus près, il est difficile de déceler les raisons qui poussent Pep G. à recourir à un système plutôt qu’un autre, mis à part le profil peu malléable de certains joueurs clés (Dembélé meilleur seul en pointe, Fékir seulement utilisable derrière l’attaquant…). Si Génesio s’adapte comme tout entraîneur à l’adversaire, il n’existe pas de méthode pour deviner comment va s’organiser l’OL, en fonction du morphotype ou du niveau de l’équipe rencontrée. En Ligue 1, la défense à trois centraux, qui semble sur le papier plus sécuritaire, a été choisie contre certaines équipes de milieu de tableau (à Reims, à Toulouse, à domicile contre Montpellier ou Monaco), mais dans aucun des deux matches contre le PSG, par exemple. En Ligue des Champions, Lyon a affronté City, le Shakhtar et Hoffenheim (équipes avec des schémas différents) lors des matches aller avec systématiquement une défense à quatre. Avant de les jouer au retour à chaque fois avec trois centraux.

Présent au Nou samedi, le père Bruno a peut-être trouvé à puiser son inspiration dans le 3-5-2 de Valladolid. Avec énormément de densité dans l’axe (notamment prises à 2 ou 3 sur Messi), les hommes de Sergio ont cadenassé les attaques catalanes, qui avaient oublié que déborder aide à étirer les blocs bas. L’OL pourrait tout à fait reproduire le schéma, avec pour objectif de gagner le match des couloirs et surtout de profiter de la très poussive gestion du Barça sur ses transitions défensives. Les incertitudes sur la participation de Denayer et NDombélé influeront, pas forcément sur le système choisi, mais au moins sur l’efficacité de celui-ci.

NOUVEAU. Découvrez, en vidéo, notre Top 10 des meilleurs attaquants de l’histoire du Barça

Lyon meilleur face aux gros

Remarquable d’irrégularité dans ses performances, le Lyon de Génésio a commis des purges contre des équipes lambda mais a su se sublimer dans les rencontres de gala. Ses principaux faits d’armes sont évidemment d’avoir fait chuter Manchester City et le Paris Saint-Germain, ce qui n’a pas été donné à tout le monde cette saison. Face au Barça, on peut donc imaginer que les Gones afficheront leur visage des grands soirs, et pas la verve lymphatique qu’il leur arrive de traîner à D’Ornano, à Auguste Delaune ou à l’Allianz Riviera. Lors de ses matches références de la saison, l’OL ne s’est pas exactement illustré par une approche tactique visionnaire ou un plan de jeu remarquablement pensé. Il a surtout construit ses grandes œuvres par une supériorité dans tous les un-contre-un, à chaque coin du terrain.

A Manchester notamment, le milieu DiopNDombélé avait démonté les Citizens dans tous les duels dans l’axe du terrain, poussant un Fernandinho fébrile à des pertes de balles qui, trois passes plus loin, se matérialisaient en danger sur le but des Skyblues. Capable de bien défendre en bloc (bas), d’être extrêmement efficace et agressif sur le porteur au milieu, et excellent dans les transitions lorsque le demi-terrain adverse est ouvert, Lyon a toute la panoplie pour embêter un Barça friable dans cette filière, comme on l’a vu face à Valence ou au Real. Dernièrement, les Blaugrana ont énormement souffert face à la vitesse de la paire Gameiro-Rodrigo ou de Vinicius. Depay et Cornet savent où appuyer pour faire mal. Dans le dos des latéraux barcelonais, qui malgré leur pointe de vitesse laissent des boulevards derrière eux, de part leur positionnement très haut sur le terrain (à noter qu’il sera amusant de suivre le match dans le match entre Jordi Alba et Ferland Mendy, que les rumeurs désignent comme son possible successeur).

Un milieu en questions

Sachant que l’OL risque d’envoyer une grosse intensité sur le porteur au milieu de terrain, l’état actuel de la salle des machines barcelonaise n’incite pas à une insouciance béate. En ce sens, l’absence d’Arthur (dont le biceps fémoral a mal digéré la Cachaça servie lors de l’anniversaire de Neymar) pourrait se révéler particulièrement préjudiciable pour les Culés. Ballon dans les pieds, le Brésilien est un véritable coffre-fort, sa résistance au pressing est majuscule. Avec lui et un Busquets à son niveau (c’est un autre débat…), le Barça pouvait légitimement envisager de se défaire assez sereinement de la première ligne de pression lyonnaise. Sans son numéro 8, ça risque d’être un tout autre type de mayonnaise. Surtout si Valverde, comme il le fait invariablement dans les matches à l’extérieur, s’appuie sur son duo de relayeurs Rakitic- Vidal. Une paire qui n’a jamais donné satisfaction, qui ne joue ni vers l’avant ni entre les lignes, qui ne se propose pas pour aider les sorties de l’arrière, mais qui semble rassurer le Txingurri comme un mur de parpaings peut rassurer le quidam de l’invasion de l’étranger. Les solutions de rechange ont pour nom Aleña et Coutinho. On suppose que l’inexpérience du premier lui assurera une place sur le banc. Pour Petit Couto, pas utilisé dans ce rôle depuis quatre mois, le pari serait osé (et pas vraiment préparé). Toujours est-il qu’il faudra se montrer maître du cuir, pour ne pas s’exposer au brio d’Aouar ou NDombélé, s’il tient sa place.

Vidal-Rakitic, fragiles face au pressing ?

Avant de faire face à Valladolid ce week-end, le Barça avait déjà croisé plusieurs fois en Janvier des défenses à trois (Levante, Girona, FC Séville). Le contenu a été très inégal, au gré il est vrai de certaines compos pour le moins expérimentales en Copa (voir tableau récaptitulatif ci-dessous). Ces rencontres face à des 3-5-2 ont laissé entrevoir certains ajustements micro-tactiques de la part de La Valve. D’abord une tendance de la sentinelle à venir s’insérer durablement entre les centraux, pour retrouver la supériorité numérique face aux deux attaquants adverses. Par la suite une variante sur la position du triangle au milieu, avec un interior droit bien plus avancé devant un simili double-pivot. Verra t’on une de ces adaptations à Décines ? Ça dépendra sûrement de la disposition de l’OL.

Le rôle central de Luis Suarez

Comme souvent depuis Septembre, le Barça devrait s’en remettre aux différences faites par Ousmane Dembélé. Comme depuis toujours, le Barça sera ultra dépendant de Lionel Messi (qui ne marche cependant pas sur l’eau depuis trois rencontres). Mais le troisième larron de l’attaque est impatiemment attendu au coin du bois. Muet en Champions cette année après un tout petit but inscrit la saison dernière, Luis Suarez doit redevenir sur la grande scène étoilée le buteur décisif qu’il est resté en Liga. Au-delà de l’efficacité devant les buts, où l’attendra un Lopes auteur d’une saison de classe mondiale, l’Uruguayen devra peser de tout son poids (euh… enfin peut-être pas tout, si on y réfléchit…) sur le jeu de son équipe. Entré en jeu samedi pour la dernière demi-heure, Luisito a eu le mérite de se créer quatre énormes occasions. Qu’il a grossièrement saccagées. Libre à vous donc de voir le verre à moitié plein ou à moitié vide.

Depuis la Remontada de Mars 2017, Luis Suarez a inscrit un seul but en Champions League

Encadré par des ailiers fuyant vers le milieu du terrain, il devra par sa seule présence fixer les centraux, mission d’autant plus difficile si Lyon venait à défendre à trois dans l’axe. Il s’était plutôt bien acquitté de la tâche face à Seville. Surtout, si le Barça est sous pression, cadré en individuelle dans son camp et que le ballon redescent jusqu’aux chaussures de ter Stegen, il sera la cible du jeu long de l’Allemand (qui ne pourra pas compter sur les propositions de Vidal ou Raki). De sa capacité à conserver et faire vivre le ballon en remise, cassant ainsi le pressing adverse, dépendra grandement le développement des attaques catalanes. Si le Barça veut voyager loin en Champions cette saison, il aura absolument besoin de voir son Pistolero dégainer ses trois doigts pour y apposer un petit bisou. Aussi souvent que possible. #2015.

Dans l’attente du « Barça de Champions »

Depuis le début de saison, le Barça n’a pas abonné son public à un festival pyrotechnique à chaque rencontre. Loin de là. Pourtant il est évident que le niveau d’implication des joueurs, notamment dans l’intensité, le pressing et la volonté d’aller jouer chez l’adversaire est monté d’un cran lors des rencontres de Ligue des Champions, ou autres matches de prestige estampillés piste aux étoiles. Face à Tottenham à Wembley, deux fois face à l’Inter, lors de la manita infligée au Real ou du set collé à Séville, les Blaugrana ont clairement fait monter la température de quelques Farenheit. Même si le calendrier surchargé de Janvier a paru émousser la dynamique de l’équipe, et la cuisse de Leo Messi, tout le monde s’attend à voir le Barça ponerse las pilas. Si la bande à Busquets parvient à faire monter la machine dans les tours, comme ce fut ponctuellement le cas cette saison, l’horizon devrait pouvoir se dégager.

On n’en attend pas moins. A vous de jouer.

 

 

Photo : Miquel Llop / NurPhoto et ROMAIN LAFABREGUE / AFP

 

 

Abonnez-vous c'est gratuit!

13 Commentaires

  1. Face à un bloc bas, le barca de Valverde ne parvient toujours pas à trouver la solution. Toute l’équipe se repose sur un éclair de génie de Messi. Et quand la pulga n’est pas inspirée comme c’était le cas ce soir en match aller de 8e de finale, le barca n’arrive pas à trouver le chemin des filets. J’ai bien peur que le même scénario ne se reproduise au match retour avec une élimination à la clé. Parce que Lyon ne se privera pas d’appliquer la même recette qui a si bien fonctionné au match aller, surtout qu’au retour qu’ils évolueront à l’extérieur au camp Nou. Bien défendre en bloc bas et procéder en contre. En effet ce barca là ne s’en sort que face à des équipes qui acceptent de faire le jeu et qui laisse des espaces derrière dans leur dos.

    Comment peut-on imaginer qu’avec une telle armada offensive et depuis que ce problème de bloc bas se pose à son équipe, ce Valverde n’ait toujours pas trouvé la clé ? Même une équipe de D3 qui évolue en bloc bas et qui défend bien est capable de tenir en échec cette équipe du barca. Pathétique ! Et dire que cet entraîneur vient d’être prolongé !

    • Tout à fait d’accord il vient d’être prolongé dans le but de détruire finalement le club car depuis qu’il est là malgré l’effectif que nous avons aucun joueur ne joue à sa vrai place et un certain nommé capitaine messi ne se charge pas à remplir son rôle voyant l’incapacité de ce maudit coach et tant que ce dernier sera encore au banc il faut s’attendre à un 4 années blanches sans doute.

  2. Coutinho n’apporte rien à cause de son mauvais placement de plus le pire est la titularisation d’un roberto qui n’est que son propre ombre et nous coûte à chaque fois des points. Tout entraineur a son équipe A et B aussi bien que son plan de jeu tactiquement en tête mais, le notre aborde sur place cela sans même faire attention aux conséquences et ce sera comme ça tant qu’il représentera ce club. Les joueurs tel que Dembouz, Malcom, Alena, qui ont besoins d’enchaîner de plus en plus des matchs pour s’adapter au haut niveau n’en bénéficient pas alors que ceux qui nous coûtent des points sont titulaires indiscutables donc inutile d’attendre un C1 arriver au Camp-Nou au temps de valverde.

  3. Barça my,vous pouvez nous dire quel doit être le rôle de capitaine q Messi ne joue pas.vous voulez qu’il soit Ramos ? A ce q j sache Ramos s’est effondré à plusieurs reprises avec le Réal et l’Espagne.Qu’il insulte le coach à chaque mauvaise décision ? qu’il crie sur les coéquipiers en plein match?Le rôle du capitaine à ce q j sache c’est d mettre en confiance des coéquipiers qd ces derniers se voient massacrés par la presse (Coutinho ne dira pas le contraire). notre problème c’est le coach et la direction. pas Messi

    • Bonsoir chris, je ne dis pas de mal de ton Messi mais étant le capitaine et voyant l’incapacité du coach de mettre ses joueurs clés dans une bonne condition j’aurais aimé qu’il se mêle au bonne gouvernance et qu’il ait le grinta de Ramos car ce dernier est un vrai leader sur le rectangle vert et cela ne dit pas de crier sur ses coéquipiers mais de se parler quand nécessaire or le cas de Suarez m’inquiète trop et, au lieu de jouer au petit copain il faudrait donner du temps et profiter du jeune Malcom pourrait aider Messi à jouer en vrai 9 tout en fluidifiant le jeu comme l’a rappelé Piqué donc, il ne faut pas se laisser aveugler par son amour mais plutôt par celui du club.Moi, je suis fan du Barça mais pas d’un seul joueur car tôt ou tard il quittera mais Barça sera là, VISCA él BARCA

  4. ça m rend triste q on fait à Roberto la mm chose q nous avons fait à Piqué. Dans le match contre Lyon celui qui devrait sortir doit être Semedo car il n’apportait rien offensivement alors q Lyon s’est regroupé derrière. Roberto est meilleur q Semedo offensivement et il l’a déjà prouvé dans les grand matchs. en plus dire q Dembélé n’enchaîne pas est totalement faux.il est mm aligné dès son retour d blessure contre Lyon alors q il a déçu contre Valladolid.là encore c’est le rôle d coach d se souvenir d Tothenam et d mettre Coutinho dans un milieu à 4 et Dembélé sur le banc.

  5. Grinta de Ramos ? je ne veux pas q ça soit le sujet d débat du jour mais mw j préfère un capitaine calme mais leader sur le terrain q un capitaine qui laisse les coéquipiers à 10 plusieurs fois dans la saison. Maldini n’a pas ton supposé grinta mais cela n l’a jamais empêché d’être le meilleur capitaine q j’ai jamais vu.concernant Suarez,il est tout à fait évident q il n traverse pas un bon moment mais le remplacer par Malcolm qui n’a ni l’expérience ni la capacité à faire ce q fait Suarez serait une erreur monumentale. le problème avec Suarez c’est q le club n’a jamais réussi à lui trouvé à raison une doublure digne d’un club comme le Barça

  6. j su d’accord avec vous sur le fait q Roberto au milieu n’a jamais été une réussite.par contre en latéral droit il apporte bcp offensivement à la différence d Semedo qui offre plus d sécurité défensive (les statistiques buts et passes décisives entre les deux hommes le confirme). c’est pourquoi j’insiste sur le fait q lors du match contre Lyon qui s’est regroupé derrière en 2e mi-temps,on avait plus besoin d’un Roberto en latéral q Semedo à cause d son apport offensif

  7. Je suis tout à fait d’accord avec vous de l’apport offensif de Roberto mais n’oublie pas qu’o n’a pas besoin de lui pour attaquer mais plutôt de défendre car Lyon a des flèches sur les deux flancs et Samedo à belle et bien éteint le grand Mendy donc il faut bien suivre de ce côté. Si on se rappelle un peu Roberto à chaque fois qu’il est aligné à défaut d’être obsédé par l’attaque oublie son rôle de défense et nous coûte cher donc je préfère qu’il joue à sa vraie place et de laisser Samedo qui est plus efficace.

  8. Après Piqué, Sergio Roberto devient le mal-aimé au Barça. Au moins il a propisé des solutions offensive aujourd’hui juste après son entrée à la différence de Semedo qui a passé les 45 minutes à défendre. J’ai l’impression q quoi qu’il fasse on s’acharnera tjr contre lui.qd il fait un bon match, personne n’en parle mais le jour où il est moins bon,alors il n’a pas le niveau pour jouer à Barcelone. on défend tout le tps Semedo mais force est d constater qu’il n’est pas non plus incontestable.

  9. où est donc passé Murillo q Valverde a acheté ? on vantait tous ici sa connaissance d la liga mais ça fait mal d se rendre compte q finalement c’est Jerry Mina2 c’est-à-dire un joueur qui passe son temps avec sa famille au moment des matchs du club et qui mange à la sueur d son repos.J’en su dégoûté!!!

  10. 6-2 à domicile contre le Barça,5-0 tjr contre le Barça, 4-0 contre le Barça, 5-1 contre le Barça, 3-0 hier à domicile contre le Barça sans oublier les nombreuses humiliation subie en sélection avec l’Espagne mais on nous dit ici tous les jour q c’est le leader irréprochable, capitaine de grinta q tout capitaine doit imiter. sans mm bien jouer,le Barça s’est amusé avec le capitaine d grinta hier.J vs assure q si c’était le Barça qui s’est effondré hier,alors ce serait la faute d notre capitaine qui me mobilise pas les autres. On a tous vu le mobilisateur mobilier hier comme un débutant. j’espère q on arrêtera un jour d vanter un supposé grinta qui ne se fait tout le temps humilié.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Laissez votre commentaire!
Merci d'entrer votre prénom