Qui sera champion d’Espagne cette saison ?

4
4443

Le FC Barcelone donnera le coup d’envoi de sa nouvelle saison au Camp Nou, face à Alavés, demain (samedi) soir à 22h15. Dimanche, ce sera au tour du Real Madrid et lundi de l’Atlético. Les trois prétendants au titre vont chercher à être champions d’Espagne une année de plus.

Tout le monde est dans les starting-blocks et attend le top départ. Comme le veut ce qui est désormais une coutume en Espagne, ce sont le Barça, le Real et l’Atlético qui font office de favoris pour cette nouvelle saison. Depuis 2011-2012, quand Valence s’était invité à la 3e place, ce sont toujours les deux titans madrilènes et le catalan qui on trusté les trois premières places du championnat. Mais cette fois, les choses pourraient bouger. Si Blaugranas et Colchoneros restent au dessus du lot, le mercato Merengue laisse à désirer du coté de la capitale espagnole.

Le Real Madrid en transition

Pas besoin de faire un dessin pour comprendre que les pertes de Zinédine Zidane et de Cristiano Ronaldo le même été sont un coup dur pour le club merengue. Le technicien français a annoncé au dernier moment à son président qu’il s’en allait. Florentino Perez s’est retrouvé à devoir chercher un nouvel entraîneur en 4e vitesse. « Après trois Ligues des champions, qui va être assez fou pour se mettre sur le banc du Real ? », interroge François-Miguel Boudet, rédacteur en chef de Furia Liga. Effectivement, le Real s’est pris des râteaux par tous les coachs de renom et même par les plus jeunes. C’est donc Julen Lopetegui qui a été choisi. Mais l’ancien sélectionneur de la Roja ne devrait pas faire long feu au Real et il sera éjecté dès que le président trouvera mieux.

LIRE AUSSI : CR7 à la Juve: un cas d’école pour le Barça avec l’après-Messi

Concernant Cristiano Ronaldo, la tâche est encore plus compliquée. Qui peut prendre la place du Portugais ? « Selon moi c’est impossible de le remplacer, affirme Boudet. Tu ne remplaces pas un mec qui met 50 pions par saison. » Le nom d’Eden Hazard a bien été évoqué, mais faire signer le Belge serait tirer un trait sur le plus grand rêve de Perez : Neymar. Impossible de signer l’ancien du Barça cette saison, mais les débats restent ouverts pour la prochaine. D’autant plus que Marco Asensio est en plein progression et peut être considéré comme le Mbappé espagnol. Beaucoup d’espoirs sont placés en lui, puisqu’il incarne le futur du football transpyrénéen. Il lui sera accordé beaucoup plus de protagonisme cette année. Au même titre que d’autres jeunes, d’ailleurs. Le départ de Kovacic permettra à Ceballos de jouer plus et, maintenant que Théo Hernandez est à la Real Sociedad, c’est Sergio Reguilón, un jeune de la Castilla, qui doublera Marcelo.

Au niveau des arrivées, le latéral droit Odriozola arrivé de la Sociedad pour 30 M€ semble être un très bon choix. Pour Vinicius Junior, annoncé comme le futur Neymar, on attendra de voir. Enfin, un problème se pose pour Lopetegui dans les bois. Il totalise cinq gardiens – Casilla, Lucas Zidane, Courtois, Navas et Lunin – dont deux titulaires. La gestion du cas CourtoisNavas va devoir être observée de près.

L’Atlético, roi du mercato

Du coté de l’Atlético, dauphin du Barça l’an passé, on a décidé de mettre les petits plats dans les grands pour se donner les moyens de ses ambitions. Le vainqueur de la Ligue Europa a réussi le mercato le plus prometteur. D’abord, les cadres sont restés. Griezmann a décidé de ne pas bouger plutôt que de partir à Barcelone et Oblak ainsi que Godin n’ont pas écouté les sirènes des autres clubs. Certes, Gabi a fait ses valises pour le Qatar mais « s’il est parti, c’est qu’il était vraiment au bout du scotch », pose François-Miguel Boudet.

LIRE AUSSI : Les cinq raisons pour lesquelles Antoine Griezmann reste à l’Atlético Madrid

Du coté des achats, deux espoirs de 22 ans ont été convaincus. Les Colchoneros ont réussi à faire signer le champion du monde Thomas Lemar et le milieu défensif parfois comparé à Sergio Busquets Rodri. À ceux-ci s’ajoutent Gelson Martins (23 ans), Santiago Arias (26 ans) – en remplacement de Vrsaljko parti à l’Inter – et Nikola Kalinic (30 ans). Le Croate prendra la place d’un Gameiro vendu à Valence qui n’a jamais convaincu à Madrid. « On pensait que c’était la fin du Cholismo, et là, ils se sont bien remis à l’endroit, estime Boudet. On a l’impression qu’un nouveau cycle s’initie. » Depuis sont titre en 2014, l’Atlético n’est jamais parti sur d’aussi bonnes bases.

Le Barça peut garder sa couronne

Pour finir, le mercato du FC Barcelone a été assez bizarre. Antoine Griezmann paraissait promis à une tunique azulgrana mais n’est finalement pas venu et puis les transferts de Malcom et Vidal se sont fait en un éclair sans que personne n’ait rien vu venir. Néanmoins, le Brésilien peut faire une très bonne doublure à Ousmane Dembélé et lui mettre un peu de pression. Concernant le Chilien, bien que son style de jeu colle plus avec celui de l’Atlético qu’avec le Barça, il reste un gros cran au dessus de Paulinho – dont le transfert a aussi été étonnant. Enfin, Clément Lenglet, arrive en défense centrale pour faire souffler Umtiti et Piqué, dans un premier temps. Au fur et à mesure de la saison, il ne serait pas impossible de voir le Français chiper la place de l’Espagnol et de voir une charnière centrale à deux gauchers.

LIRE AUSSI : Arthur, entre Verratti et Iniesta

Niveau ventes, Ernesto Valverde a perdu les joueurs dont il ne voulait plus – hormis Iniesta, bien sûr. Le but de l’ancien entraîneur de l’Athletic Bilbao était d’alléger son effectif à 20-22 joueurs. C’est ce qui est en train de se produire même si Alcacer, Samper et Rafinha ou Denis Suarez sont encore poussés dehors. En plus de Don Andrés et de Paulinho, sept autres joueurs sont déjà partis : Mina, Gomes, Deulofeu, Digne, Aleix Vidal, Douglas et Ortola. « De toute façon, Valverde réussi partout où il passe », conclut François-Miguel Boudet.

La course au titre reste plutôt ouverte cette saison et pourrait même voir un Real Madrid, défait mercredi dernier face à l’Atlético en finale de Supercoupe d’Europe (4-2), se faire passer devant par Valence ou Séville. Les Chés ont assez bien recruté pour espérer tenir la distance et les Andalous peuvent compter sur l’arrivée de Pablo Machin, celui qui a mis Girona sur la carte de la Catalogne.

Les temps forts de la saison

30 septembre 2018 : Real Madrid-Atlético Madrid
28 octobre 2018 : FC Barcelone-Real Madrid
25 novembre 2018 : Atlético Madrid-FC Barcelone
10 février 2019 : Atlético Madrid-Real Madrid
3 mars 2019 : Real Madrid-FC Barcelone
7 avril 2019 : FC Barcelone-Atlético Madrid

NOS PRONOSTICS

Olivier GOLDSTEIN
FC Barcelone
Atlético Madrid
Real Madrid

Julien LLOP
FC Barcelone
Atlético Madrid
Real Madrid

Victor MASSIAS
Atlético Madrid
FC Barcelone
Real Madrid

François-Miguel BOUDET (Furia Liga)
Atlético Madrid
FC Barcelone
Real Madrid

Photo : LLUIS GENE / AFP

Abonnez-vous c'est gratuit!

4 Commentaires

  1. Pour moi il y a pas photo, même si l’Atlético a réussi à battre le Réal jamais il battra le Barça et ça ils le connaissent trés bien que quiconque donc inutile de le placer devant nos guerriers. Peut-être le Réal les a sous-estimé mais on verra bien s’ils auront les jambes pour battre de nouveau un Réal blessé.

  2. Tout est possible en football! L’atlético peut gagner n’importe quelle équipe car ils savent jouer et mettre des coups quand il faut. Leur place d’honneur dans le championnat est dû à leur agressivité, leurs vices et mauvais coups. Ils sont peu représentatifs du foot espagnol. S’ils jouaient normalement, ils seraient dans le milieu du tableau.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Laissez votre commentaire!
Merci d'entrer votre prénom