Thierry Granturco : « On traite Griezmann comme Brad Pitt »

3
5587

Selon l’avocat spécialiste en droit du sport Thierry Granturco, le feuilleton Griezmann s’apparente à celui de Neymar et sera de plus en plus courant dans les années à venir.

Griezmann annoncera à 21h15 ce soir ce qu’il compte faire la saison prochaine. Ce sera à travers une vidéo qu’il a tourné chez lui, à Madrid. Elle sera diffusée en exclusivité sur Movistar +, à l’image de LeBron James qui avait annoncé en 2010 sur ESPN qu’il quittait les Cleveland Cavaliers pour les Miami Heats. Spécialiste dans le droit du sport, l’avocat Thierry Granturco explique pourquoi Griezmann n’aura pas intérêt à parler du Barça s’il décide de quitter l’Atletico. Il prévoit également la multiplication de ces transferts à rallonge dans les années à venir. Car les contrats des stars de foot ressemblent de plus en à ceux des vedettes de cinéma.

« De plus en plus, les transferts sont accompagnés de clauses relatives à la communication de l’opération »

Pourquoi Griezmann ne pourrait-il pas annoncer avant le 1er juillet ou dès maintenant qu’il s’en va au Barça, dans l’hypothèse où il viendrait ?

C’est une bonne question… Dans ce qui concerne les règles de la FIFA, celles qui réglementent les transferts internationaux, il n’y a aucune indication selon lesquelles il ne pourrait pas communiquer avant le 1er juillet. Donc s’il y a une impossibilité elle n’est pas réglementaire. Après, il y a parfois un certain nombre d’actes qui accompagnent les contrats entre clubs et joueurs dans lesquels sont réglées les questions de communication. Là, on peut éventuellement imaginer qu’il y a dans le contrat entre Griezmann et l’Atlético, des dispositions qui visent à réglementer la communication autour de son arrivée et de son départ. Même ça j’en doute beaucoup. Ça arrive… De plus en plus, les transferts sont accompagnés de clauses relatives à la communication de l’opération. Ce sont des clauses relativement récentes qu’on ne trouvait pas il y a quatre, cinq ans. J’aurais tendance à dire qu’on reste sur des clauses purement communicationnelles. Les transferts donnent lieu à tellement de questionnement que, souvent, les clubs essaient de brimer la communication des joueurs au moment de leur départ. Ce n’est pas du réglementaire c’est sûr. Du contractuel c’est possible mais peu probable.

Il pourrait très bien y avoir une clause de son contrat qui dise qu’il n’a pas le droit d’annoncer son départ avant le 2 juillet, par exemple .

« Il n’y a qu’un Griezmann »

Ça peut être le cas, de temps en temps, les clubs font cela pour que les départs n’impactent pas les recrutements. Quand on essaie de savoir ce qu’il y a derrière ces clauses… Quand vous avez un club qui est en période de recrutement, qu’il fait des efforts pour attirer des joueurs, il n’a pas envie qu’une communication soit faite sur le départ d’autres joueurs. De temps de temps, on insère ces clauses-là pour dire « On ne communique pas sur ça, ça, ça, ça et tu ne pars pas avant le… » On se laisse une fenêtre d’opportunité pour les clubs pour faire leur premier recrutement majeur.

Donc ça leur permet d’attirer des joueurs en disant « regarde, Griezmann est toujours là » et on peut recruter Lemar, etc.

« Le Code civil stipule que le contrat est passé lorsque les volontés se rencontrent »

Voilà, c’est cela. Souvent, quand il y a des transferts majeurs, vous constaterai qu’ils sont en tout début de mercato. Plus vous avancez dans le mercato, plus vous êtes sur des transferts additionnels. Les joueurs clés s’arrachent en général dans les deux, trois semaines qui suivent l’ouverture du mercato. Parce que ce sont des choses qui sont en règle générales pré-cuisinées. Vous savez très bien que votre votre cible ou les deux cibles essentielles, vous les avez déjà identifiées bien avant l’ouverture du mercato. Après, quand vous avancez dans le mercato, vous faites des adaptations. Vous apprenez qu’un joueur va partir, paf, il faut le remplacer. Vous apprenez que votre coach veut pouvoir doubler un poste, vous cherchez mais, pour la manière dont vous allez doubler le poste, Paul, Pierre ou Jacques peuvent éventuellement faire l’affaire. Par contre, il n’y a qu’un Griezmann. Il est déjà approché, ses agents sont déjà informés et quand le mercato s’ouvre, le transfert a déjà été discuté, il est en voie de finalisation. Si vous devez remplacer un de vos joueurs cadres mais pas essentiels, vous pouvez prendre le temps parce qu’il est substituable par différents joueurs.

Est-ce que, si Griezmann annonçait aujourd’hui qu’il allait au Barça, l’Atlético serait en droit de réclamer les 200 M€ de la clause qui est en vigueur jusqu’au 30 juin, ou alors il peut dire oralement qu’il part au Barça, ne signer que le 2 juillet et partir pour 100 M€ ?

Je vous dirais que ça se plaide. En droit français comme en droit espagnol, on a un Code civil qui stipule que le contrat est passé lorsque les volontés se rencontrent. Donc si pouvez prouver qu’il y a un accord entre les parties, qu’il était déjà ficelé avant qu’il ne soit signé, alors on peut retenir une date préalable à la date de signature. Si vous voulez jouer sûr, vous bouclez la communication, vous laissez passer les dates, puis vous signez.

« Avec ces joueurs-là, les contrats sont pré-cuisinés bien avant »

Si Griezmann dit que sa volonté est d’aller au Barça aujourd’hui, l’Atlético est en mesure de porter l’affaire devant les tribunaux pour demander 200 M€ au lieu de 100 M€ avec une chance de gagner.

« Il ne s’agit plus simplement d’un transfert »

Oui, là on est sur du droit commun, on n’est plus sur de la réglementation footballistique ou du contrat actuel. En France, on serait dans le Code civil, on ne serait pas dans le Code du sport. Un contrat est déterminé par le Code civil et le Code civil est clair : un contrat est signé lorsque la volonté des parties est rencontrée. Grosso modo, vous voulez acheter une voiture, elle vaut 6000€, vous tapez dans la main du gars, c’est 6000€. Le papier ne va que confirmer le fait qu’il y a un accord entre les parties. Si derrière, le vendeur vous propose un contrat à 7000€, vous pouvez dire « non, il y avait un accord à 6000 » et après c’est toute une question de preuves. Quand on est dans le milieu footballistique, autant vous dire que la preuve est alimentée par la presse ou toutes les informations qu’on a récolté par ailleurs. Donc, il y a toujours une volonté de limiter l’aspect communicationnel au minimum pour s’assurer que, le jour où le contrat est passé, on donne l’impression qu’on vient juste de tomber d’accord. C’est ce que je vous disait avec Griezmann. En règle générale, avec ces joueurs-là, les contrats sont pré-cuisinés bien avant. Il est très rare qu’on s’assoit autour de la table et qu’on se découvre un intérêt en 48h et qu’on signe le contrat.

Donc il ne pourra pas annoncer le 1er juillet qu’il partira au Barça, s’il part. Il ne pourra l’annoncer que le 10 ou le 15…

« Avant vous pouviez recruter Michel Platini sur un coup d’avion »

C’est une question de preuve. Personne n’est dupe. C’est le cas de Griezmann mais c’est le cas de tous les joueurs majeurs. Quand vous annoncez la signature d’un contrat et que vous entendez que l’agent ou le joueur prend l’avion pour signer, il ne faut pas être dupe, ces contrats prennent énormément de temps pour se préparer, négocier… Surtout qu’on est maintenant sur des contrats complexes, il ne s’agit plus simplement d’un transfert, il y a tous les actes associés au transfert lui-même comme la gestion des droits à l’image, les obligations en terme de marketing, de représentation, etc. Ça prend beaucoup de temps donc personne n’est dupe sur le fait que c’est en se mettant deux heures autour de la table que le transfert est fait. Personne n’est dupe non plus sur les dates de signature des contrats puisque là, la réglementation FIFA ouvre des fenêtres de contrat. On est dedans ou on n’est pas dedans, donc on ne signe pas avant l’ouverture. Après, il y a quand même peu de clubs qui montent au front parce que ce que vous reprochez à l’un c’est ce que vous faites par ailleurs. Tout le monde joue ce jeu de dupes où on sait très bien qu’on a pas le droit de prendre contact avec les joueurs avant, de s’entendre avant l’ouverture du mercato et pourtant tout le monde le fait.

View this post on Instagram

#CelebreCommeKyky 😂🇫🇷

A post shared by Antoine Griezmann (@antogriezmann) on

« On ne gère plus des joueurs, on gère des personnalités et des stars »

Pourquoi existe-t-il cette hypocrisie ?

(Rire) J’ai envie de vous dire que, l’hypocrisie est montée en puissance avec complexité qui entoure les transferts. Avant vous pouviez recruter Michel Platini sur un coup d’avion. Michel Platini, son contrat était simple, vous l’attiriez avec un projet sportif et un gros salaire. Maintenant, il faut attirer les garçons avec un projet sportif, un gros salaire et – c’est ça où la complexité se joue – sur tous les actes annexes. Il se trouve que ces actes annexes sont devenus essentiels pour attirer un joueur. Le projet sportif, c’est clair. Le salaire, les joueurs savent se situer, ils connaissent très bien leur propre marché. En revanche, moins sur l’à-coté. Et l’à-coté est complexe parce que le joueur n’a pas vraiment la capacité de pouvoir négocier cela lui-même.

Que sont ces « à-cotés » ?

« On est clairement entré dans une ère nouvelle »

Si vous prenez le contrat de Neymar, il y a un ensemble de contrats commerciaux, d’obligations pour le club, de clauses lui permettant une certaine liberté sur ses retours au Brésil, la gestion de sa famille, de sa santé, etc. qui sont complètement dérogatoires de ce qu’on trouve sur un contrat type de la LFP par exemple. Un contrat LFP, c’est un document de quatre pages qui ne dit rien. Ça marchait au temps de Platini. Aujourd’hui, on signe ce contrat LFP parce que c’est bien celui qu’il faut homologuer mais après, on ne gère plus des joueurs, on gère des personnalités et des stars. Ces questions-là donnent lieu à des contrats très complexes pour lesquels les avocats demandent du temps. Je travaille dans un très grand cabinet international et on a constaté qu’en réalité, on se rapproche des contrats des grandes stars du cinéma. Du coup vous êtes très, très loin de considérations footballistiques. Vous prenez le joueur en tant que personnalité et vous essayez d’envisager tout ce qui, dans sa vie, doit être arrangé, peut donner lieu à une promotion, à un impact négatif au niveau communicationnel pour le club, etc. Vous ficelez sa communication. Ça, ça fait rentrer en ligne de compte des compétences nouvelles, donc celles des avocats, mais quand vous mettez un avocat d’un club face à un avocat d’un joueur, il faut du temps pour arriver à trouver des actes équilibrés. C’est pour cela que ce jeu de dupes existe. Le temps de contrat pur et dur, c’est-à-dire celui du salaire, est très vite ficelé. En revanche, les contrats annexes prennent pas mal de temps.

Voyez-vous des similitudes entre ce qu’il s’est passé l’an dernier avec Neymar et ce qui se passe maintenant avec Griezmann ?

« Non seulement il va falloir qu’il performe sportivement, mais il va devoir assurer le service avant et après pour promouvoir le club »

Oui et je pense que ça va devenir la norme. On est clairement entré dans une ère nouvelle. Quand je vous disait que ces clauses-là n’existaient pas il y a quatre, cinq ans ans, c’est véridique. C’est-à-dire qu’il y a eu une explosion quantitative. On a l’impression que les gars signent des livres, plus des contrats. Cette similitude, c’est déjà que ce sont des stars internationales. Ce sont des garçons très médiatiques, très médiatisés, qui vont jouer dans des footballs particulièrement évolués. Si vous allez signer en Chine, vous allez signer pour des montants monstrueux mais dans un contexte juridique et contractuel des années 1990. Ce qu’il y a chez Neymar et chez Griezmann que vous n’allez pas trouver chez un garçon qui part en Chine ou chez Ibrahimovic qui part en MLS, c’est qu’ils signent dans des clubs qui sont devenus maintenant des multinationales de l’événementiel sportif.

View this post on Instagram

Piochi 😎 Kyky 🧙🏽‍♂️ Gringo 👑

A post shared by Antoine Griezmann (@antogriezmann) on

« Autant l’Alteico ne peut pas empêcher un joueur de partir, autant ils peuvent l’empêcher de communiquer »

Pourquoi se blinder autant ?

C’est pour sécuriser le club, essentiellement. Aujourd’hui, si vous engagez Brad Pitt sur un tournage, vous allez vous assurer que Brad Pitt joue le jeu de l’avant tournage jusqu’à la promotion du film, que ce soit vraiment l’ambassadeur du film, plus que d’être l’acteur vedette. Aujourd’hui, on traite Griezmann pareil. Non seulement il va falloir que ce soit celui qui fasse la différence sur le terrain, qu’il performe sportivement, mais il va devoir assurer le service avant et après pour promouvoir le club. Ça, c’est essentiel pour que l’opération commerciale soit rentable pour le Barça. C’est normal qu’il s’en assure contractuellement, que le gars ne fasse pas que chausser ses crampons et rentrer chez lui. Cette époque-là est terminée.

Si Griezmann disait qu’il venait au Barça avant le 1er juillet. À quelles sanctions pourraient s’exposer le joueur d’une part et le Barça d’autre part ?

Si un transfert se fait dans la fenêtre réglementaire prévue par la FIFA, je ne vois pas quel type de sanction il peut y avoir. Griezmann, lui, n’est pas sanctionnable en tant que joueur puisqu’il ne ferait qu’exercer sa liberté de mouvement en tant que travailleur d’un club à un autre. Par contre, ce qu’il y a dans son contrat, je ne peux pas vous répondre de manière certaine, mais on retomberait sur la possibilité pour l’Atlético Madrid d’avoir une indemnité supérieure à celle à laquelle il pourrait prétendre, si tant est qu’elle soit prévue dans le contrat. La réglementation FIFA est bête est méchante. Elle limite la possibilité de mouvement des joueurs à des périodes de mercato qui sont réglementairement définies. Quand je vous disait que les négociations pré-transfert restent confidentielles, c’est parce qu’on est dans une zone grise. Si vous commencez à négocier le départ d’un joueur avant l’ouverture du mercato, ce ne sont pas des choses qu’il faut crier sur tout les toits. Pourtant, tout le monde le fait et l’Atletico Madrid aussi. Mais une fois que la période de mercato est officiellement ouverte, vous la commencez alors que le transfert est déjà pré-ficelé. Autant ils ne peuvent pas empêcher un joueur de partir, autant ils peuvent l’empêcher de communiquer.

Photo: AFP PHOTO / Adrian DENNIS

Abonnez-vous c'est gratuit!

3 Commentaires

  1. En gros s’il parle ce soir, il y a toutes les chances que ce soit pour ne rien dire ou alors pour annoncer qu’il reste à l’Athletico.
    En 2014 je n’ai rien vu venir pour L. Suarez : Recrutement annoncée à la fin du mondial. Il ne me semble pas avoir entendu grand chose avant sa signature et l’annonce officielle du FCB. Mais ça c’était avant !
    Je ne le pensais pas aussi «précieux» l’ami Griezmann… Une vraie diva … Une de plus !
    Bon mondial à tous !!!

LAISSER UN COMMENTAIRE

Laissez votre commentaire!
Merci d'entrer votre prénom