Un Barça en manque de kérosène

8
833

Accroché à Naples puis battu dans le Clasico, le Barça a manqué le coche dans ce qui ressemblait à une semaine de toutes les opportunités. La qualité du contenu a été sinusoïdale, mais c’est surtout le manque de fraîcheur qui interpelle, alors que la dernière ligne droite de la saison se dessine, avec un effectif très réduit et un Leo Messi visiblement sur une jambe.

La fin de saison risque d’être longue… Encore en course en Champions League, battu à Bernabeu mais toujours dans le coup en Liga, le Barça va devoir cravacher jusqu’au bout sur tous les tableaux. Avec les moyens du bord. Entre les blessures, les suspensions, et les états de fatigue avancés, et l’obligation de faire jouer les mêmes joueurs faute de solutions, l’équipe peine à maintenir son niveau sur 90 minutes. C’est ce qui lui a coûté la victoire à Madrid. On peut penser qu’il y avait un coup à faire à Naples en fin de rencontre, mais les Catalans n’ont pas été capables d’accélérer… Ce genre de scenario risque fort de se répéter dans les semaines qui viennent. Le triste résultat d’une gestion ratée à tous les niveaux, qui risque fatalement finir par entraîner Messi et ses copains dans le mur d’une saison blanche.

Prépa physique et planification ratées

À tous les étages de la fusée, le Barça est en crise. Mais pour une fois, la gangrène semble s’être répandue jusqu’au rectangle vert, et le sportif ne pourra certainement plus cacher la faillite bureaucratique. Empêtré dans le Barçagate, la Junta de Bartomeu espérait probablement que des résultats probants (du genre ; une qualif facile en Champions et une victoire dans le Clasico) allaient lui octroyer un ballon d’oxygène. Que nenni. Au contraire, le constat du terrain lui renvoie directement sa responsabilité sur la gestion de l’effectif.

On s’est aperçu très tôt dans la saison que le Barça n’était pas prêt physiquement dès que le niveau d’intensité s’élevait. Le problème fut criant lors de la phase de poule de Champions, où tous les adversaires des Blaugrana les surclassaient dans le volume de courses.

À lire : Barça, La Marche de l’Empereur

Déjà limité physiquement pour les exigences du plus haut niveau, le Barça n’a rien trouvé de mieux que de réduire la profondeur de son effectif durant le mercato. Blessures longue durée de Suarez et Dembélé, prêts d’Aleña, Perez et Todibo, l’effectif à disposition de Setien est aujourd’hui dépeuplé. Et l’on peine franchement à comprendre le pourquoi d’un tel mercato, surtout que les départs sont essentiellement des prêts, donc sans retombée économique immédiate, et qu’ils concernent des joueurs de rotation, qui auraient accepté sans broncher un rôle de doublure, surtout avec la perspective d’un total de minutes grandissant.

Bref, l’art de se tirer soi-même une balle dans le pied.

Le système Sétien plus énergivore que celui de Valverde

Plus que bienvenue sur le plan philosophique, l’arrivée de Quique Setien dans la cahute blaugrana paraît se heurter à la réalité athlétique de son (maigre) effectif. Beaucoup plus de protagonisme, moins d’attentisme, et surtout une demande d’efforts largement supérieure dans la phase de pressing, le Barça de Sétien se fatigue beaucoup plus durant la rencontre que sous le règne de Valverde. Et encore, avec Don Ernesto, le Barça avait déjà du mal à tenir la longueur…

Le Clasico de dimanche a valeur d’exemple très parlant. Très entreprenant et plutôt enthousiasmant avant les citrons, le FCB a sombré aux alentours de l’heure de jeu. Symbole de cette arrivée en bout de rouleau, Arturo Vidal, admirable dans l’effort de pressing en première mi-temps, s’est rendu coupable d’un nombre incalculable d’erreurs techniques, pour autant de pertes de balles. C’est d’ailleurs le point de bascule du match au Bernabeu, le Barça n’a pas su répondre à l’intensité blanche dans le second acte. La propreté des sorties d’avant mi-temps a laissé place à de nombreux ballons de récupération hauts pour les Laiteux, sources de danger immédiat sur la cage de MAtS.

L’autre problème de Sétien (enfin, l’un des autres problèmes…) réside dans le manque de profil de joueurs capables d’attaquer l’espace sur les ailes. Junior Firpo semble jouer avec une camisole de peur, Semedo force trop rarement sa nature pour tenter le débordement. La stérilité du Barça en attaque à Naples s’explique en partie par ce refus de tenter la différence en un contre un une fois le ballon arrivé sur l’aile. Seul Ansu Fati a aujourd´hui dans l’effectif le profil de dynamiteur dont les Catalans ont besoin. Mais Quique l’utilise à dose homéopathique, et ses entrées sont dernièrement pour le moins timide. Preuve de ce besoin de profondeur, Jordi Alba a rechaussé les crampons plus tôt que prévu pour être présent face au Real. Sa présence dans le couloir a fait grand bien pendant 45 minutes. Mais certainement dans le rouge, il a disparu par la suite, sans dépasser la médiane. Ce qui renvoie aux problèmes de physique et de profondeur d’effectif. CQFD.   

No Messi no Party

Lionel Messi joue-t’il depuis plusieurs semaines avec une gêne musculaire ? Ou est-ce le travail défensif demandé par son coach qui lui pompe l’énergie qu’il lui manque ensuite pour faire la différence ? La vérité se situe peut-être à mi-chemin entre les deux. Toujours est-il qu’en 2020, le Ballon d’Or est nettement moins efficace que lors de la première partie de saison. Comme nous l’indiquions avant son quadruplé face à Eibar, la Pulga peine à concrétiser ses occasions.

C’est un problème central que rencontre le Barça de Setien. Sous Valverde, les arrêts de ter Stegen et les buts « gratuits » de Leo mettaient souvent les Catalans en position de confort au tableau d’affichage, s’assurant souvent une rencontre plus tranquille par la suite. La seule fois où cela s’est produit depuis Janvier, c’était précisément le jour du Poker de Messi, face à Eibar. Pour, évidemment, une victoire 5-0. Incapable de tenir la distance physiquement dans les rencontres, le Barça ne peut pas se permettre, par-dessus le marché, de gaspiller les occasions de s’approprier le scenario. Le Clasico le démontre, avec un peu de sens pratique dans la surface adverse, les Blaugrana auraient tourné à 2-0 à la pause et probablement remporté la rencontre. Dans ce registre, Griezmann, même s’il inscrit des buts importants, est encore trop peu clinique devant la cage. Vu le coup de moins bien de Messi dans l’exercice, l’absence de Suarez pèse d’autant plus.

Comment vont se dérouler les prochaines échéances ? Messi peut-il être mis au frigo quelques matches, en attendant le retour de la LdC par exemple ? Connaissant le bonhomme, et vu la profondeur de l’effectif, ça paraît hautement improbable. Pourtant, les Catalans ont peu à gagner à aligner le Messi que l’on a vu à Naples ou à Madrid. Parce qu’il est visiblement touché physiquement, et qu’il force tout. Ses dribbles, ses passes, ses rushes. Un Messi normal aurait poussé ses deux actions jusqu’au bout à Bernabeu, par exemple. Le problème, c’est que même sur un seul orteil valide, tous ses coéquipiers continueront à lui donner les ballons, qu’il soit ou pas en état d’en faire quelque chose… Gouverner c’est prévoir, et il vaudrait mieux faire asseoir D10S maintenant que d’y être obligé par une blessure. Mais ça, ça ne doit pas être facile d’aller l’expliquer à l’intéressé.

Plombé par sa mauvaise gestion, le Barça aborde la dernière ligne droite déjà sur les rotules. En début de saison avec Valverde, le FCB possédait un effectif fourni et varié mais pas de certitudes collectives. Avec Setien, le Barça se construit une identité collective mais n’a plus l’effectif suffisant pour mener ses idées à bien. Entre les difficultés sportives et les remous institutionnels, la route des trophées de fin de saison paraît particulièrement pentue. Au fond, une saison sans titre serait peut-être, tout simplement, la conséquence logique de toutes les décisions prises en interne depuis plusieurs saisons.

Photo : IconSport

Abonnez-vous c'est gratuit!

8 Commentaires

  1. Enfin on évoque le manque d’un homme qui était le mal-aimé d ce site:Suarez.Ni Grizeman ni Messi ne sont pas des 9 et Suarez en est le seul d métier dans cet effectif.Je croyais q tout le monde réclame ici sa mise sur le banc. la réalité est q tant q on a pas un autre 9,Suarez reste indispensable.Messi et Grizeman ont le mm profil et sont bons au mm poste c’est-à-dire dire en 9 et demi ou en 10.Un Florentino n dépensera pas 120 millions pour aller recruté qlq1 qui a les mm profil q son meilleur joueur car il sait q les 2 vont se marché dessus. Le problème d cette équipe reste toujours Bartomeu entouré d’un incompétent comme Abidal.Vivement q la saison se termine. j’espère juste qu’il n’y aura plus une autre remontada

  2. Au moins Grizeman a les alibi q les journaliste français lui ont créé:Messi.Dès qu’il est nul,on dit q c’est la faute d Messi.Dès q Messi lui fait marqué personne n’en parle. Lorsqu’il marque comme ce ballon q il a envoyé en tribune alors qu’il est au point d penalty,on dit q Messi ne veut pas d lui c’est pourquoi. Mais on oublie q la moitié d ses 8 buts en liga vienne d Messi. Grizeman c’est un bon joueur d 4-4-2 au soutien d’un attaquant. il serait parfait au côté d’un Suarez par exemple. Barça a déjà dépensé:
    145millions pour Dembélé, 160millions pour Coutinho, 40millions pour Malcom, 12 pour Deleufeu et 120 pour Grizeman. tous ces achat dans un seul but : Remplacé Neymar.Or les autres poste sont aussi mauvais. J’en suis dégoûté.parfois j m demande pourquoi j continue encore à supporter ce club dirigé par ces nullard

  3. Pour finir, j n vois aucune différence entre Sitien et Bartomeu.A son arrivée il a promis qu’il ferait confiance aux jeunes.Mais dès qu’il est là Todibo,Perez,Wague,Abdel Ruiz sont poussé vers la sorti. Ansu Fati devient un joueur qlconq.Ter Stegen n fait plus des arrêt d classe. on peut tout reproché à Valverde mais reconnaissons que l’équipe a été première avec lui,Messi marquait des buts important pour nous sauver,Alba devient un bon Alba alors q Luis Enrique l’avait mis au fond du tiroir lors d sa dernière saison, éclosion spectaculaire d’Ansu Fati,intégration lente mais rassurante d Grizeman… Sitien a voulu tout remettre à jour et on voit les conséquence.

  4. Monsieur Cris, il faut vraiment ne pas aimé setien pour dire qu’il n’y a pas de différence entre son Barça et celui de Valverde. C’est de sa faute si les joueurs sont fatigués ? Ansu fati est juste un gamin qui a claquer quelques buts mais lui non plus ne peut pas prétendre une place de titulaire dans une équipe top5 des 5 grands championnats d’Europe. Il faut simplement avouer que Abidal et Bartomeu ont tué le Barça. Comment peut on prêter Todibo sachant que c’est le seul joeur qui peut évoluer en défense (axe droit) à la place de Mr Shakira jamais mis au banc a moins qu’il soit suspendu ou blessé ?
    De toute façon le mal est fait, et on espère que les socios vont prendre la bonne décision de dégager ce président et son equipe de merde au moment opportun pour le renouveau du club.

  5. Quand je voies que Abidal a été incapable de prendre Haland et que finalement on paie 18 pour braiswaithe. Quand Abidal va payer firpo alors qu’on a curucella qui peut dépanner, quand on prête wague qui a fait de bons debuts avec l’equipe première du barca, alors qu’on n’a qu’un seul latéral droit de métier, le mal de l’équipe ne peut pas avoir un autre nom à part Monsieur Abidal. Incompétent, nul et arrogant encore. Bofff parfois je me demande si tout cela n’est pas que la mafia.

  6. Juste un rappel M.Melon:Sitien était là avant le prêt d Todibo, de Wague,Abdel Ruiz et d Perez.Prqw n’a-t-il pas mis son véto. tu crois q le club n l’a pas consulté avant d chasser ces jeunes talents?J dis q j n vois pas d différence car Valverde est bon face aux gros morceaux du championnat.Setien perd est mauvais face aux gros. Valverde était premier avant d’être renvoyé. Setien n’est plus premier. Valverde n’a jamais perdu un clasico d liga à Bernabeu.Setien si.Mw j défend pas Valverde mais le renvoyé et en arrivé là où on est aujourd’hui est pitoyable. mais j su d’accord avec toi sur la direction et le cas Cucurella

  7. M Melon,si Sitien est si bon q ça, pourquoi a-t-il mis Vidal sur l’aile gauche alors qu’il devrait évolué derrière les 2 attaquant comme face à Eibar dans un 4-3-1-2?Pourquoi a-t-il remis Umtiti dans l’axe alors q on sait tous q Lenglet est largement meilleur que lui?Il a peut-être ramené une possession qui est souvent stérile car sans aucune profondeur en raison d l’absence d’un 9 d métier mais en terme d résultat, Valverde a fait mieux

LAISSER UN COMMENTAIRE

Laissez votre commentaire!
Merci d'entrer votre prénom